ISF de Macron: Le ministre de l'Economie se dit «blessé des attaques injustes»

GOUVERNEMENT Le ministre de l’Economie a déclaré « s’être toujours conformé à ses obligations »…

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron — PATRICK KOVARIK / AFP

Y aurait-il un complot contre Emmanuel Macron ? Sans aller jusque-là, le ministre de l’Economie s’est dit « blessé des attaques injustes » ce jeudi après la révélation dans la presse d’une réévaluation du patrimoine de son couple par l’administration fiscale, qui l’oblige à payer de façon rétroactive l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF).

>> A lire aussi : Après une réévaluation de son patrimoine, Emmanuel Macron devra payer l'ISF

« Je suis aujourd’hui blessé des attaques injustes parce que j’ai toujours payé mes impôts, je n’ai jamais fait l’objet d’un redressement fiscal », a déclaré le ministre en marge d’une visite sur un site de chimie près de Lyon. « Je me suis toujours conformé à mes obligations, que ce soit fiscales ou en matière de conflit d’intérêts. J’ai répondu constamment à toutes les demandes de l’administration fiscale, de la Haute Autorité de la transparence de la vie publique, comme tous les décideurs. »

Une volonté « de créer des polémiques »

« Il y a des gens qui veulent créer des polémiques, il y a manifestement une volonté qui arrive à un moment qui n’est pas innocent, après je ne sais pas d’où ça vient et j’ai autre chose à faire que de m’en préoccuper », a indiqué Emmanuel Macron. « Ma famille n’a pas fait le choix de rendre sa vie transparente et donc c’est ça qui me déplaît dans cette affaire », a-t-il ajouté.

>> A lire aussi : Emmanuel Macron n'a pas déclaré sa fonction d'administrateur d'une société privée

« Je considère qu’il y a une saine exigence de nos concitoyens pour la transparence et j’y tiens mais de l’autre côté il y a une société du soupçon et du déballage pour laquelle je n’ai aucune indulgence », a-t-il complété.

Ce mercredi, après les révélations de Mediapart et du Canard Enchaîné, le député PS Arnaud Leroy avait déclaré sur Twitter : « La période de la chasse au Macron semble prolongée. Une preuve supplémentaire qu’il dérange. »