Primaire à droite: Nicolas Sarkozy s'affiche avec son probable «ticket» François Baroin

POLITIQUE François Baroin et Nicolas Sarkozy se sont affichés ensemble, ce mercredi, au siège du parti Les Républicains, avant de former un probable « ticket » dans le cadre de la primaire…

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Nicolas Sarkozy, président de Les Républicains, et François Baroin, sénateur-maire LR de Troyes, président de l'Assocation des maires de France, le 1er juin 2016 au siège de LR à Paris.
Nicolas Sarkozy, président de Les Républicains, et François Baroin, sénateur-maire LR de Troyes, président de l'Assocation des maires de France, le 1er juin 2016 au siège de LR à Paris. — WITT/SIPA

Entre Nicolas Sarkozy et François Baroin, le temps est au beau fixe. « Quelque chose me dit que nous allons avoir à travailler ensemble dans les prochaines semaines », s’est amusé Nicolas Sarkozy en regardant le président de l’Association des maires de France, ce mercredi midi. La rencontre publique, qui réunissait plusieurs centaines d’élus locaux au siège du parti, se tenait en marge du 99e congrès des maires, Porte de Versailles (15e arrondissement).

> A lire aussi: Congrès des maires: Que demandent les élus à François Hollande?

Entre l’ancien Président et son ministre de l’Economie (2011-2012), les compliments ont fusé notamment quand Nicolas Sarkozy a mentionné « les compétences qui sont grandes » du sénateur-maire de Troyes. Car les relations entre les deux hommes sont aussi tactiques. François Baroin est pressenti pour être un poids lourd de l’équipe de campagne de Nicolas Sarkozy dans le cadre de la primaire à droite. Et décrocher, en cas de victoire l’ancien Président en 2017, le poste de Premier ministre.

« On a besoin d’un François Baroin »

Ce « ticket » Sarkozy-Baroin pour 2017, que refusent de valider officiellement les entourages des politiques, est cependant sous-entendu. Le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti loue les « qualités complémentaires » des deux hommes, soulignant : « François Baroin veut s’engager pour le pays et il veut choisir celui qui sera le meilleur pour porter le message ». Le député du Pas-de-Calais Daniel Fasquelle estime de son côté : « On a besoin de Nicolas Sarkozy à la tête du pays, et d’un François Baroin qui, de toute évidence, jouera un rôle de premier plan après 2017 ».

>> A lire aussi: Débat sur l'identité nationale, qui en veut encore, qui n'en veut plus

Cette alliance politique apparaît cependant singulière. Depuis plusieurs années, François Baroin déplorait les tentations droitières de l’UMP devenue Les Républicains. En 2009, il s’était élevé contre le débat sur l’identité nationale, voulu par Nicolas Sarkozy, alors Président. Et en 2013, il regrettait auprès de l’Express cette « droite de l’UMP [qui a] une trop grande porosité avec les positions traditionnelles de l’extrême droite ». Un positionnement idéologique bien différent des «  bébés Buisson » Laurent Wauquiez et Guillaume Peltier, que François Baroin retrouvera dans la probable équipe de campagne de Nicolas Sarkozy.

Médiatiser le soutien des élus locaux à Nicolas Sarkozy

Le ralliement « officiel » de François Baroin à Nicolas Sarkozy n’interviendrait pas avant août, date à laquelle Nicolas Sarkozy devrait annoncer sa candidature à la primaire. « François Baroin n’a rien à gagner à soutenir dès maintenant un candidat qui ne l’est pas encore, estime-t-on dans l’entourage du président LR. « Et c’est Nicolas Sarkozy qui donne l’impulsion de cette campagne, pas François Baroin », précise-t-on.

La rencontre publique réunissant François Baroin et Nicolas Sarkozy a ausi été l’occasion de médiatiser le soutien des élus locaux au président du parti LR. En effet, en fin d’après-midi, le grand rival Alain Juppé réunissait environ mille élus Salle Wagram (17e arrondissement). Un homme détesté par François Baroin. Ce dernier n’a jamais pardonné à Alain Juppé, alors Premier ministre, de l’avoir sorti du gouvernement en 1995, cinq mois après sa nomination. Puis d’avoir tenté d’empêcher sa nomination à Bercy en 2011. En politique, les blessures peuvent être tenaces, tout comme les amitiés devenir stratégiques.