Après une réévaluation de son patrimoine, Emmanuel Macron devra payer l'ISF

FISCALITE Le ministre de l’Economie a notamment sous-évalué la valeur de la demeure de son épouse au Touquet…

H. B.

— 

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron — GUILLAUME SOUVANT / AFP

On savait qu’Emmanuel Macron ne portait pas dans son cœur  l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF). On comprend désormais pourquoi. Le ministre de l’Économie, qui avait dit «  préférer la taxation sur la succession aux impôts de type ISF », est lui-même désormais assujetti à l’ISF, révèle Mediapart. Les vérifications effectuées après son entrée au gouvernement auraient abouti à une réévaluation du patrimoine immobilier de son couple, indique le site d’informations.

>> A lire aussi : Manuel Valls recadre Emmanuel Macron sur l'ISF

Emmanuel Macron a ainsi franchi le seuil de l’ISF fixé à 1,3 million d’euros d’actifs nets taxables. Le ministre, qui sous-évaluait notamment la valeur de la demeure de son épouse au Touquet, a déposé une déclaration rectificative pour les années 2013 et 2014. « Ils n’ont fait l’objet d’aucune notification de redressement », souligne le cabinet du ministre auprès de Mediapart. « La situation fiscale de M. et Mme Macron est tout à fait régulière, toutes les déclarations auxquelles ils sont assujettis ont été effectuées. »

Un rattrapage de moins de 10.000 euros

Pas de grand changement toutefois pour Emmanuel Macron. Le barème de l’ISF étant faible sur les premières tranches du patrimoine (en dessous de 5 millions d’euros), le rattrapage pour le ministre devrait être inférieur à 10 000 euros.

>> A lire aussi : La France produit de plus en plus de riches, de plus en plus riches

Interrogé en marge d’une visite d’usine à Saint-Amand (Nord), le ministre, visiblement agacé de devoir s’exprimer sur le sujet, a assuré n’avoir « fait l’objet d’aucun redressement fiscal », sans toutefois démentir être désormais assujetti à l’ISF. « Je suis pour la transparence dans la vie publique, je suis pour le contrôle régulier et intransigeant de tous les dirigeants publics, mais je ne suis pas pour la société du déballage », a déclaré ce mardi le ministre, se disant attaché, « comme tous les citoyens », au « secret fiscal ».Emmanuel Macron n’est pas le seul ministre du gouvernement à payer l’ISF. La ministre de la Santé Marisol Touraine, l’ex-ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius et l’ex-ministre chargée des Personnes âgées Michèle Delaunay ont officiellement déclaré être assujettis à l’ISF.