Présidentielle 2017: Marine Le Pen a fait 45 demandes de prêt à des banques étrangères

FINANCEMENT Faute de financements français, Marine Le Pen a fait appel à des établissements étrangers, en vain pour le moment...

C. A.
— 
Marine Le Pen, le 20 mars 2016 lors d'une conférence de presse à Québec
Marine Le Pen, le 20 mars 2016 lors d'une conférence de presse à Québec — Florence Cassisi / AFP

Les demandes de financement de la présidente du Front national sont-elles volontairement écartées par les banques françaises ? C’est ce qu’avance ce mardi Europe 1 alors que Marine Le Pen semble confiante avant d’aborder la marche vers la présidentielle.

>> A lire aussi : Les cinq nouvelles règles de la campagne

La banque historique du parti n'est plus si prêteuse

Selon le site Internet de la radio, la présidente du FN a même dû se tourner vers des établissements étrangers pour financer sa campagne. Et la fille de Jean-Marie Le Pen de se demander « comment il se fait que des partis politiques à des niveaux d’endettement inouïs aient le soutien des banques et pas le FN ».

Marine Le Pen entend bien obtenir des réponses auprès du président de la Fédération bancaire française, Frédéric Oudéa, précise Europe 1. Et la radio de rappeler que ce dernier pourrait facilement répondre aux questionnements de la présidente du FN puisque la Société Générale, dont il est le PDG, est la banque historique du parti.

Alors que la banque a prêté 4 millions d'euros au FN en 2012, elle a informé le parti début 2014 qu'elle n'accordait plus aucun prêt au parti comme au candidat. La banque met en avant l'affaire Bygmalion pour justifier cette décision.

>> A lire aussi : Nicolas Sarkozy «ne savait rien» des fausses factures dans l'affaire Bygmalion

Des banques indienne et chinoise sollicitées

Faute de financements français, Marine Le Pen a donc fait appel à près de 45 des établissements étrangers. Europe 1 précise que des courriers ont été envoyés il y a trois semaines vers, notamment, la Chine ou l’Inde.

Selon Europe 1, le FN, qui pourrait accéder au second tour selon plusieurs sondages, aurait besoin de 20 millions d'euros.

Outre la campagne présidentielle, c'est la campagne pour les élections législatives, en laquelle croit beaucoup Marine Le Pen, qui pourrait également être remise en cause. 

>> A lire aussi : Jean-Marie Le Pen «somme» sa fille de le réintégrer au sein du FN