«Ça va mieux»: Ce que cache la formule de François Hollande

COMMUNICATION Le chef de l'Etat martèle ce message depuis la mi-avril (et se le fait vertement reprocher)...

T.L.G.

— 

Le président François Hollande le 13 avril 2016 à l'Elysée à Paris
Le président François Hollande le 13 avril 2016 à l'Elysée à Paris — PHILIPPE WOJAZER POOL

« Ça va mieux pour la France ». François Hollande a récité son nouveau mantra ce mardi matin sur le plateau d’Europe 1. « Ça va effectivement mieux pour la France. Ce n’est pas un propos de circonstance, ou de campagne. C’est une réalité », a-t-il jugé. La formule a été utilisée par le président et ses proches à plusieurs reprises depuis quelques semaines.

La genèse


Hollande à "Dialogues citoyens" : "Oui ça va mieux"

Le 14 avril, sur le plateau de l’émission de France 2, Dialogues citoyens, François Hollande lâche la formule magique, répondant à une question qui ne lui a pas été posée. « Et bien oui, ça va mieux ! […] il y a plus de croissance, moins de déficits, moins d’impôts, plus de compétitivité, plus de marge pour les entreprises, et plus de pouvoir d’achat pour les salariés. Voilà ce que j’ai fait depuis quatre ans et voilà pourquoi je vais poursuivre jusqu’au bout ».

>> A lire aussi : Croissance en hausse: Pourquoi nous ne pouvons (toujours pas) parler de reprise

La formule avait été préparée par les conseillers du chef de l’Etat. « Nous avions besoin de recréer un mouvement médiatique à l’aune des premiers résultats obtenus et des réformes qui ont été conduites. On avait eu "la reprise est là" [formule prononcée début mars]. Il fallait trouver la formule qui permet de remettre sur la scène le débat économique », confie l’entourage du président.

Une inspiration européenne ?

Le slogan se rapproche d’autres formules utilisées par d’anciens dirigeants européens. Il fait écho à l’« ¡España va bien ! », de José Maria Aznar en 1997. L’ex-chef du gouvernement espagnol usait tellement de cette formule qu’il avait été moqué et parodié dans une chanson. Son successeur, Mariano Rajoy avait repris le flambeau avec son « ¡España va mejor ! » (« L’Espagne va mieux! »). Au Royaume-Uni, le Premier ministre David Cameron avait usé d’un slogan similaire pour venter le bilan de son équipe avec son « Let us finish the job » (« Laissez nous finir le boulot ») lors de la campagne pour sa réélection. « Nous n’étions pas au courant de ces formules », répond le conseiller du président.

Le slogan de la reconquête

Au lendemain de l’émission de France 2, le chef de l’Etat remettait une couche d’optimisme lors d’une visite d’industrie dans l’Oise. François Hollande et son entourage n’ont depuis cessé de marteler ces trois mots depuis la mi-avril. « La formule s’inscrit dans une séquence médiatique de trois mois : de l’émission de France 2 le 14 avril à l’interview du président le 14 juillet prochain », poursuit un conseiller. Cette communication, qui vise à faire un bilan positif de l’action du gouvernement, se retrouve aussi dans le « Hé oh la gauche ! », lancée par Stéphane Le Foll fin avril.

>> A lire aussi : «Hé oh la gauche!»: Les hollandais célèbrent (seuls) le bilan du quinquennat

Une formule très critiquée

Le « ça va mieux » de François Hollande a été moqué sur Internet et offert un angle d’attaque à ses adversaires politiques. « La France va mieux ? C’est un déni de réalité ! », lançait Nicolas Sarkozy à la fin du mois d’avril. « C’est le symptôme aveuglant de sa distance avec la réalité. Les gens reçoivent ça comme une gifle. », avançait Jean-Luc Mélenchon au JDD. Une vidéo de l’équipe d’Alain Juppé a publié un bilan plus négatif des quatre premières années du quinquennat.

Pas de quoi inquiéter l’entourage de Hollande. « Elle a créé l’effet que nous attendions : la surprise, puis la contestation et enfin le débat. Le propre d’une formule réussie est de devenir une référence dans le débat ».