Au mont Beuvray, Arnaud Montebourg appelle à un «projet alternatif pour la France»

REPORTAGE L'ancien ministre s'approche d'une candidature à la présidentielle...

Thibaut Le Gal
— 
Arnaud Montebourg au Mont Beuvray.
Arnaud Montebourg au Mont Beuvray. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Arnaud Montebourg fait un (petit) pas de plus vers une candidature à la présidentielle. L’ancien ministre de l’Economie effectuait ce lundi sa traditionnelle ascension du mont Beuvray, en Saône-et-Loire.

Ses proches avaient prévenu : cette montée des collines bucoliques du Morvan devait être un événement politique. « Vous vous interrogez sur l’état d’esprit d’Arnaud Montebourg ? Tous au Beuvray, vous ne serez pas déçus ! », insistait son ami le député Patrice Prat. Arnaud Montebourg avait lui-même confié qu’il « prendrait ses responsabilités » pour 2017, quelques jours plus tôt.

L’intéressé s’est montré beaucoup moins disert au pied du massif. Souriant, le héraut du « Made in France » a fait crépiter les appareils photo et les feuilles mortes lors de sa marche vers le(s) sommet(s), saluant les quelque 200 personnes venues le soutenir. Parmi elles, Georges, 68 ans. « C’est une voix qui porte à gauche. En tant que déçu de la politique, je serais heureux de le soutenir s’il était candidat ».


« Bâtir dans les mois qui viennent un grand projet alternatif »

Arnaud Montebourg a grimpé les 821 mètres du mont Beuvray avec sa compagne Aurélie Filippetti, et plusieurs députés socialistes « frondeurs », dont Laurent Baumel et Christian Paul. Quelques jours après avoir tenté de déposer une motion de censure contre le gouvernement, la photo avait valeur de symbole. « Cette journée n’est pas que symbolique. C’est une étape importante pour faire émerger une candidature alternative à François Hollande et Jean-Luc Mélenchon », a insisté Laurent Baumel.

Surplombant le magnifique paysage du Morvan, Arnaud Montebourg s’est permis quelques envolées. « Le pays continue de s’affaisser […] le système politique est discrédité, incapable de représenter le pays », a-t-il tonné, avant de lancer un appel à tous les « Français qui souhaitent peser sur le destin de notre Nation et de notre continent […] pour bâtir dans les mois qui viennent un grand projet alternatif ».


« Il n’ira pas sans la primaire »

Le chantre de la démondialisation ne s'est pas avancé sur sa candidature. « Arnaud a lancé un appel à travailler sur un projet. Il souhaite porter un souffle nouveau, mesurer la capacité de mobilisation. On verra par la suite qui pourra l’incarner », a botté en touche le député Philippe Baumel. « Il montre qu’il n’est pas aux abonnés absents. Il est l’un de ceux qui peuvent incarner cette alternative », a ajouté Christian Paul.


Tous ont de nouveau plaidé pour l’organisation d’une primaire à gauche, aujourd’hui bien mal en point. Arnaud Montebourg osera-t-il se présenter sans passer par cette case ? Ses sympathisants en doutent. « Il est en attente, il prend aujourd’hui position en rassemblant ses forces. Mais il n’ira pas sans la primaire, et si la machine socialiste est derrière Hollande », confie Patrice. « Il ne voudra pas prendre le risque d’être le responsable d’une éventuelle défaite de la gauche au premier tour, qui ferait de lui le Chevènement de Hollande », ajoute Jean-Michel.

« Chaque année, nos rencontres sont en résonance avec l’histoire de la France », a indiqué Christian Paul un peu plus tôt à la tribune. Il y a 2000 ans, Vercingétorix coalisait les tribus gauloises sur ce même mont Beuvray...avant d'être défait par Jules César à Alésia.

Panneau sur le chemin du Mont Beuvray.
Panneau sur le chemin du Mont Beuvray. - TLG/20Minutes