Loi travail: «Dans deux mois, Valls sera renversé», assure Mélenchon

PREDICTION L'eurodéputé ne donne pas cher de la peau du Premier ministre qu'il accuse de tendre les rapports sociaux...

20 Minutes avec AFP

— 

Jean-Luc Mélenchon sur France 5 le 13 mars 2016
Jean-Luc Mélenchon sur France 5 le 13 mars 2016 — IBO/SIPA

Comme à son habitude, Jean-Luc Mélenchon pilonne Manuel Valls. Le candidat à la présidentielle estime dans un entretien au JDD que la politique du Premier ministre accélère les « violences sociales » et les « tensions », notamment autour de la loi Travail. « Manuel Valls n’a plus de majorité et plus d’autorité dans sa propre famille politique. Sa façon de faire durcit tous les rapports. Sa politique conduit à l’accélération inouïe des violences sociales et des tensions dans le pays », assène le co-fondateur du Parti de gauche.

« À quoi bon les deux mois de violences jusqu’à la prochaine motion de censure en juillet ? Dans deux mois, Valls sera renversé », pronostique l’eurodéputé qui appelle par ailleurs les frondeurs à le rejoindre dans sa lutte.

Il condamne les casseurs qui empêchent de parler du fond

« Il faut une solution politique : ou bien renvoyer le Premier ministre et retirer la loi, ou bien voter la censure », détaille-t-il, tout en reprenant à son comptel’idée d’un référendum sur le texte, avancée par le leader de FO Jean-Claude Mailly.

Condamne-t-il les violences de certains manifestants ? « Ces gens servent nos adversaires. Ils rendent notre tâche plus difficile », répond Jean-Luc Mélenchon. « À cause d’eux et de la façon disproportionnée dont est utilisée la police, les gens ont peur de venir manifester ! Cela donne un prétexte extraordinaire pour ne plus parler que des violences et non du fond de la loi », pointe-t-il.