Jérôme Cahuzac organise une soirée avec plus de 300 amis

JUSTICE L’ex-ministre du Budget, toujours en procès, préparerait un retour sur le devant de la scène politique…

H. B.

— 

L'ancien ministre français du Budget Jérôme Cahuzac
L'ancien ministre français du Budget Jérôme Cahuzac — MARTIN BUREAU / AFP

En attendant la reprise de son procès pour fraude fiscale prévue en septembre, Jérôme Cahuzac passe du bon temps. Ce jeudi soir, l’ancien ministre du Budget a organisé une soirée privée avec plus de 300 convives à Casseneuil dans le Lot-et-Garonne, révèle La Dépêche. L’an dernier, presque jour pour jour, l’ex-député avait déjà organisé une soirée de ce genre avec ses amis.

C’est Monique Gruelles, l’ex-secrétaire de section du PS local, qui s’est chargé de l’organisation, explique le quotidien. « Le 21 mai 2015 nous nous sommes retrouvés autour de notre ami Jérôme Cahuzac pour un moment où, seules, l’amitié et l’affection pour lui nous guidaient. Nous vous proposons de nous retrouver à nouveau le jeudi 12 mai 2016 à partir de 19 heures à la « ZA le Mayne » de Casseneuil, rencontre suivie du pot de l’amitié », explique un mail envoyé par la militante à plusieurs personnalités politiques locales.

Une reconquête politique ?

Pour certains, cette soirée serait un peu plus que des retrouvailles entre amis. Les amis de Cahuzac « sont un cercle d’une dizaine ou une vingtaine pas plus. Là il s’agit d’autre chose », aurait confié l’un des convives à La Dépêche. Un retour en politique ? « Ça y ressemble en tout cas. Lui ne le dit pas clairement, il préfère laisser parler ».

>> A lire aussi : Le procès de Jérôme Cahuzac reporté au 5 septembre

Une information confirmée par un autre convive. « Bien sûr qu’il n’a pas abandonné l’idée de revenir, il compte ses soutiens et entretien la flamme ». Un autre élu tempère toutefois les velléités de l’ancien ministre du Budget : « Il a beau avoir fait énormément pour le territoire, sa carrière est finie. J’irai, car je le soutiens, mais je ne comprends pas non plus cette démarche ».

Le procès pour fraude fiscale de l’ancien ministre socialiste, dont la démission avait ébranlé le tout jeune quinquennat Hollande, a été suspendu en mars dernier jusqu’à ce que soit tranchée une délicate question de droit, portant sur le cumul de sanctions fiscales et pénales.