«Mon ennemi c'est le chômage» et non «la finance», affirme Alain Juppé

PROGRAMME Le candidat à la primaire de la droite a publié cette semaine, Cinq ans pour l’emploi, affichant l’objectif d’un retour au plein-emploi…

Clémence Apetogbor

— 

Alain Juppé
Alain Juppé — ERIC FEFERBERG / AFP

Le candidat à la primaire de la droite Alain Juppé a affirmé ce jeudi matin sur RTL que son ennemi était « le chômage » et non « la finance », reprenant ainsi la formule utilisée par François Hollande pendant la campagne électorale de 2012.

« Monsieur Hollande a dit "sus à la finance", moi je dis mon ennemi c’est le chômage », a expliqué l’ancien Premier ministre. Le candidat à la primaire de la droite a publié cette semaine un livre, Cinq ans pour l’emploi, affichant l’objectif d’un retour au plein emploi et détaillant ses propositions économiques.

>> A lire aussi : Alain Juppé vise le «retour au plein emploi» avec des mesures «pas rock'n'roll»

« Dire la vérité »

« Je ne veux pas être élu en racontant des histoires », a-t-il insisté. « Moi je prends le risque de dire la vérité parce que c’est la seule façon ensuite de réussir les réformes », a-t-il lancé.

Interrogé sur le fait que son programme comportait des mesures de baisse d’impôts uniquement pour « les ménages fortunés » (suppression de l’ ISF notamment, réduction de l’impôt sur le capital), Alain Juppé a rétorqué qu’il y avait « 6 milliards d’euros » pour « les classes moyennes » et « les familles moyennes qui ont été matraquées depuis 2012 ».

Rétablir le plein-emploi

Il a notamment mis en avant le relèvement du plafond du quotient familial et l’encouragement des emplois de service à domicile.

« Ma priorité c’est le rétablissement du plein-emploi et je pense que pour y arriver il faut d’abord cibler les baisses d’impôts sur nos entreprises pour les remettre en situation de compétitivité », a-t-il ensuite expliqué.

Interrogé sur le fait qu’il parlait comme un candidat à la présidentielle et non comme un candidat à la primaire, Alain Juppé a lancé « oui, j’anticipe un peu mais il faut bien se préparer ».

>> A lire aussi : Emmanuel Macron prêt à déclarer sa candidature pour 2017 ?