Loi Travail: Jean-Claude Mailly demande l'organisation d'un référendum

REFORME

20 Minutes avec AFP
— 
Le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly quitte le palais de l'Elysée à Paris, le 19 janvier 2015
Le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly quitte le palais de l'Elysée à Paris, le 19 janvier 2015 — Alain Jocard AFP

Le 49.3 qualifié de un «déni de démocratie». Le secrétaire général du syndicat Force ouvrière Jean-Claude Mailly demande l’organisation d’un référendum sur le projet de loi Travail, dans un entretien auParisien/Aujourd’hui en France de mardi.

Alors que la menace d’unrecours au 49.3 se renforce à l’Assemblée nationale, Jean-Claude Mailly qualifie cette arme constitutionnelle, qui permet de faire passer un texte sans vote, de « déni de démocratie ».

>> A lire aussi: Les cinq points du projet de loi qui coincent

« Voilà pourquoi je réclame un référendum », explique le numéro un de FO.

Mailly n’exclut pas en outre de saisir le Conseil constitutionnel

« S’il n’y a pas de majorité sur la loi Travail, au lieu d’utiliser le 49.3, ce qui semble être dans les tuyaux, pourquoi le gouvernement n’arrête-t-il pas les travaux parlementaires pour organiser un référendum auprès des Français ? », s’interroge Jean-Claude Mailly.

Il annonce par ailleurs que son syndicat a déposé « hier (lundi) un "référé-liberté" auprès du tribunal administratif contre le gouvernement pour non-respect de l’article L1 du Code du Travail, car on ne nous a pas envoyé de document d’orientation ». Jean-Claude Mailly n’exclut pas en outre de saisir le Conseil constitutionnel.

Les députés sont rentrés lundi dans le vif de la loi Travail mais les débats ont pris une tournure étrange, le gouvernement ayant repoussé les votes sur les amendements « jusqu’à nouvel ordre », illustrant les doutes sur la majorité.