Jean-Paul Huchon se serait vu promettre un poste rémunéré 148.000 euros par an

POLITIQUE Empêché de brigué un quatrième mandat à la tête de la Région-Ile-de-France, il pourrait diriger le «CSA du rail»...

M.G.
Jean-Paul Huchon, président du conseil régional d'Ile-de-France, dans son bureau, le 27 février 2014.
Jean-Paul Huchon, président du conseil régional d'Ile-de-France, dans son bureau, le 27 février 2014. — V WARTNER/20MINUTES

Il n’avait pas apprécié. L’ancien patron de la Région Ile-de-France, contraint de renoncer à briguer un quatrième mandat à la tête de la Région, avait dû laisser Claude Bartolone concourir à sa place. Une éviction vécue comme un affront par Jean-Paul Huchon, et que le Premier ministre souhaiterait adoucir, comme le raconte Le Monde.

« Je n’ai pas totalement démérité »

Manuel Valls, ex-rocardien comme l’ancien président de la Région, a en effet confié une « mission » de conseil à Jean-Paul Huchon, « pour relancer l’attractivité » touristique en France, mise à mal par les attentats terroristes de 2015. Une mission qui « est une façon pour Manuel de reconnaître que je n’ai pas totalement démérité », se félicite d’ailleurs l’intéressé, comme le rapporte Le Monde.

Au terme de cette mission, entamée en février, il devra remettre un rapport à Manuel Valls d’ici à juillet. Une date qui pourrait lui permettre de briguer dans la foulée une nouvelle fonction, que lui aurait promise Matignon croit savoir Le Monde. Car Jean-Maul Huchon aurait en effet reçu l’assurance de l’exécutif de se voir nommer à la présidence de l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer).

148.000 euros brut par an

Le mandat de l’actuel patron, Pierre Cardo, qui arrive à terme le 20 juillet, n’est pas renouvelable. Et François Hollande devra alors signer le décret qui nommera le nouveau patron de l’Autorité publique, chargée de veiller à la bonne utilisation du réseau ferré national, notamment par la SNCF. «Un poste un peu technique, mais pas nul », explique le principal intéressé au Parisien. « Je serai un peu le CSA du rail », poursuit-il.

Le mandat de président de l’Arafer, de six ans et non révocable, est rémunéré à hauteur de 148.000 euros brut annuels, précise Le Monde. Sauf que la nomination n’est pas faite. Jean-Paul Huchon a en effet déjà siégé au Syndicat des transports d’Ile-de-France et à la SNCF Réseaux, ce qui pourrait entraîner quelques incompatibilités juridiques selon une source gouvernementale citée par Le Parisien.