Présidentielle 2017: «Si l'ambiance est morose, c'est foutu», estime François Hollande

ELECTION Le président de la République déclare qu’il pourrait ne pas être élu même si le chômage a diminué…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président François Hollande à l'Elysée, le 26 avril 2016.
Le président François Hollande à l'Elysée, le 26 avril 2016. — Thibault Camus/AP/SIPA

François Hollande aurait-il des doutes sur une possible victoire à la présidentielle de 2017 ? Dans un livre à paraître le 11 mai, le président de la République reconnaît que ce serait « foutu » pour lui si l'« ambiance » apparaissait « morose » en début d’année prochaine.

« Quand bien même il y aurait une baisse continue du chômage en 2016 et dans les premiers mois de 2017 et même si l’on constate que, oui, la courbe du chômage s’est inversée, si, début 2017, l’ambiance est morose, c’est foutu », a-t-il déclaré, cité dans l’ouvrage L’Elysée selon Hollande (éditions L’Archipel) du journaliste de l’AFP, Hervé Asquin.

Il faut « une relation de confiance »

« Il n’est pas possible d’être candidat si le chômage augmente mais il est possible de ne pas être élu même si le chômage a diminué », observe encore le chef de l’Etat, faisant valoir que « la conjoncture immédiate, l’ambiance, la confiance sont déterminantes ». François Hollande qui a annoncé à la mi-avril qu’il dirait en fin d’année s’il se représente en 2017 a lié sa candidature à l’inversion de la courbe du chômage.

>> A lire aussi : Hollande entre défense de son bilan et entrée en campagne

« Je l’ai toujours dit : quels que soient les succès sur le plan international, européen ou même national : la lutte contre les attentats, la sécurité… s’il n’y a pas de résultats économiques probants - non pas fugaces ou éphémères mais durables -, la relation avec les Français sera peut-être apaisée et sympathique mais elle ne sera pas une relation de confiance justifiant une candidature », insiste-t-il.

« Comment se présenter devant les électeurs avec un programme qui ne reposerait pas sur le socle d’une réussite concernant l’engagement central du mandat qui s’achève ? », s’interroge encore le chef de l’Etat.