Qui a dit: «Parfois les mous peuvent atteindre la perfection»?

POLITIQUE Cette personnalité politique, critiquée pour son apparente mollesse, sait donc manier l'ironie...

A.-L.B. avec AFP

— 

Le président François Hollande lors d'une cérémonie célébrant la fin de la guerre d'Algérie (1954-1962) le 13 mars 2016 à Paris.
Le président François Hollande lors d'une cérémonie célébrant la fin de la guerre d'Algérie (1954-1962) le 13 mars 2016 à Paris. — WITT/SIPA

Qui a dit : « Parfois les mous peuvent atteindre la perfection » ? La réponse est François Hollande. Le président de la République faisait référence ce jeudi au Tchécoslovaque Antonin Panenka, qui a marqué l’histoire du football avec un penalty marqué d’une simple pichenette, une technique qui porte désormais son nom.

S’exprimant devant un parterre d’écrivains ayant chacun écrit un texte consacré à un joueur de football, pour un ouvrage collectif qui sortira en librairies le 19 mai, le chef de l’État a filé la métaphore entre football et parcours politique. Et il a fait référence à ce célèbre penalty marqué par Panenka en finale du championnat d’Europe des Nations 1976, contre l’Allemagne.

« Une Panenka c’était le talent pur… »

« Ça, c’était un ballon tout mou. Parfois les mous peuvent atteindre la perfection, la subtilité, l’élégance, la surprise », a développé le président de la République devant l’auteur de bande dessinées Enki Bilal, l’écrivain Philippe Delerm ou le président de l’Académie Goncourt Bernard Pivot.

>> A lire aussi :VIDÉO. Cinq stars qui ont lamentablement manqué leur panenka

« Et donc une "feuille morte" [ce tir flottant sans aucune puissance] est restée dans toutes les mémoires. Je ne sais pas si ce sera possible de donner son nom », a poursuivi François Hollande. Il faisait alors une référence voilée à son quinquennat. « Mais une Panenka c’était le talent pur… », a-t-il ajouté.

Évoquant la mémoire de Johan Cruyff, le mythique N.14 néerlandais, décédé fin mars, le chef de l’État a enchaîné en développant sur les avantages parfois de la lenteur : « Cruyff avait cette formule, "courir ne sert pas forcément à grand-chose, c’est le ballon qui doit aller vite". Ça mérite une réflexion… »