RSA: Le Maire propose que les départements contrôlent les comptes bancaires des allocataires

ECONOMIE Le candidat à la primaire de la droite et du centre entend ainsi lutter contre la fraude…

Clémence Apetogbor

— 

Bruno Le Maire lors de son premier meeting de campagne pour la primaire, à Aubervilliers, le samedi 5 mars.
Bruno Le Maire lors de son premier meeting de campagne pour la primaire, à Aubervilliers, le samedi 5 mars. — MATTHIEU ALEXANDRE / AFP

Bruno Le Maire, candidat à la primaire de la droite et du centre, présentait mercredi sa vision de l’organisation territoriale.

Le député de l’Eure a notamment proposé, devant 11 présidents de conseils départementaux, que le contrôle des comptes bancaires des allocataires du RSA soit donné aux départements.

Comme le rapporte le JDD, Bruno Le Maire souhaite que les départements soient « le guichet unique de la gestion des aides sociales en France », en charge du versement, des modalités, mais aussi du contrôle du RSA, de l’allocation adulte handicapée, ou de l’allocation dépendance.

Pas de relevé bancaire, pas de RSA

De plus, les départements bénéficieraient d’une « liberté de gestion de toutes les allocations » et de « tous les moyens de contrôler que la prestation va réellement à ceux qui en ont besoin », même si les montants des allocations resteraient fixés par l’Etat.

« Vous voulez toucher votre allocation du RSA, il faut que vous donniez votre relevé bancaire », a résumé le député, qui parle toutefois d’un système sur le volotariat. Mais sans accès du département aux comptes bancaires, l’allocataire ne toucherait plus le RSA. CQFD.

>> A lire aussi : L'équipe de football de la primaire de la droite et du centre

Néanmoins, il suggère « que le département ait la possibilité d’avoir accès aux comptes bancaires des bénéficiaires du RSA pour s’assurer que chaque bénéficiaire du RSA touche bien le montant dont il a besoin et qu’il n’y a ni gabegie ni fraude ».

Lors de sa déclaration de candidature à la primaire, le 23 février dernier, Bruno Le Maire s’était posé comme un « homme de parole » et avait dit vouloir notamment « supprimer le RSA », rappelle Europe 1.

Le candidat à la primaire a aussi expliqué vouloir faire des économies en fusionnant les assemblées départementales et régionales.