Une immense majorité de Français craint une «explosion sociale»

OPINION A peine 17 % des sondés jugent comme François Hollande que « ça va mieux »…

20 Minutes avec AFP

— 

Le 9 avril 2016. Manifestation sauvage de Stalingrad ‡ RÈpublique. Les manifestants ont enlevÈ les grilles qui empÍchaient les migrants de dormir sous le metro. aerien./REYNAUDTRISTAN_092610/Credit:TRISTAN REYNAUD/SIPA/1604100941
Le 9 avril 2016. Manifestation sauvage de Stalingrad ‡ RÈpublique. Les manifestants ont enlevÈ les grilles qui empÍchaient les migrants de dormir sous le metro. aerien./REYNAUDTRISTAN_092610/Credit:TRISTAN REYNAUD/SIPA/1604100941 — SIPA

Pour François Hollande, « ça va mieux ». Mais pour les Français, cette affirmation n’a rien d’une évidence. Seuls 17 % d’entre eux sont d’accord avec le chef de l’Etat et une large majorité d’entre eux (78 %) redoutent au contraire une « explosion sociale », selon un sondage Elabe diffusé jeudi. Si 40 % des sympathisants de gauche approuvent les propos de François Hollande, 8 % seulement des proches de la droite sont de cet avis, selon cette enquête sur le climat social pour BFMTV.

Près de huit Français sur dix (78 %) estiment en revanche qu’il existe aujourd’hui en France « un risque élevé » d'« explosion sociale », contre 22 % pour lesquels ce risque est « faible ». Cette étude intervient alors que le mouvement Nuit debout va passer le cap de son premier mois et qu' une nouvelle journée de mobilisation contre la Loi Travail se déroule ce jeudi dans toute la France.

Les syndicats déjugés

Ce risque de crise sociale « avec une multiplication des conflits sociaux voire un blocage du pays » est réel pour 64 % des proches de la gauche et 84 % de ceux de la droite.

Enfin, seules 28 % des personnes interrogées font confiance aux syndicats de salariés pour défendre leurs intérêts, contre 72 % d’un avis contraire. Chez les seuls salariés, la confiance dans les syndicats grimpe à 34 %, mais 66 % d’entre eux ne leur font pas confiance.

Enquête réalisée en ligne les 26 et 27 avril, auprès d'un échantillon de 1.000 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.