#NuitDebout: «Ils ne doivent pas travailler beaucoup le jour», estime le sénateur LR Bruno Retailleau

POLÉMIQUE Le sénateur n’a pas mâché ses mots envers le mouvement #NuitDebout qu’il ne semble pas porter dans son cœur…

20 Minutes avec AFP
Pour Bruno Retailleau, on est autant en sécurité Place de la République à Paris qu'en Syrie.
Pour Bruno Retailleau, on est autant en sécurité Place de la République à Paris qu'en Syrie. — SALOM-GOMIS SEBASTIEN/SIPA

Bruno Retailleau n’aime pas le mouvement #NuitDebout et le fait savoir. Le président du groupe Les Républicains au Sénat a jugé mercredi que les militants « ne doivent pas travailler beaucoup le jour pour effectivement veiller la nuit ». De là à dire que ce sont des fainéants, il y a tout petit pas que Bruno Retailleau n’a tout de même pas osé franchir.

Invité de l’émission « Questions d’info » LCP-France Info-Le Monde-AFP, le président du Conseil régional des Pays-de-la-Loire assure néanmoins qu’il « ne dirait pas », comme Nicolas Sarkozy, que « ces gens-là n’ont rien dans le cerveau ».

« On est en France ou en Irak ? »

Mais, à ses yeux « c’est un mouvement crépusculaire, au double sens du terme » et « un mouvement groupusculaire, au sens d’une radicalisation » et « d’une forme de violence ». « On l’a vu avec l’épisode d’Alain Finkielkraut », expulsé de la place de la République à Paris, mi-avril par des militants de Nuit Debout.

« Je suis élu de la République, président du Conseil régional, et je ne peux pas aller les soutenir sur place, parce qu’on ne peut pas assurer ma sécurité. Mais où on est ? On est en France ou on est en Irak ou en Syrie ? » a dénoncé Bruno Retailleau, qui n’a visiblement pas peur des comparaisons à l’emporte-pièce.