Emmanuel Macron: Rencontre tumultueuse entre le ministre et des syndicalistes

CONTACT En visite à Issoire (Puy-de-Dôme), ce lundi, le ministre de l’Economie a tenu à défendre le bilan économique et social du gouvernement...

Clémence Apetogbor

— 

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a été hué par des syndicalistes à son arrivée à Issoire
Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a été hué par des syndicalistes à son arrivée à Issoire — THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, a été copieusement sifflé ce lundi matin à son arrivée à Issoire (Puy-de-Dôme), où l’attendaient une vingtaine de syndicalistes CGT et FO opposés au projet de loi travail.

« Ecoutez les millions de Français qui sont contre cette loi, ne touchez pas au Code du travail, prenez la température », « Il y a un ras-le-bol, le peuple français n’en peut plus », lui a-t-on lancé devant les grilles de l’entreprise Rexiaa (matériaux composites pour l’industrie automobile et l’aéronautique), qu’il était venu visiter.

« Ça va mieux en moyenne »

« Je vous entends mais, en même temps, le pays n’est pas dans une situation où tout est parfait, vous voyez bien qu’on a un problème pour produire et pour embaucher (…) Vous proposez de protéger des choses qui ne sont pas de vraies protections, qui sont des droits formels qui nous mettent aujourd’hui » dans cette situation, a répondu le ministre.

Interrogé au moment d’entrer dans l’usine sur les inquiétudes exprimées, le ministre de l’Economie a tenu à défendre le bilan économique et social du gouvernement.

>> A lire aussi : «La gauche aujourd'hui ne me satisfait pas», explique Emmanuel Macron

« Ça va pas mieux pour tout le monde, ça va mieux en moyenne », a-t-il déclaré, rapporte BFMTV, en référence aux mots prononcés par François Hollande sur le plateau de France 2 le 14 avril lors des Dialogues Citoyens. « C’est la vérité, ce sont les chiffres. Mais en même temps, il faut entendre quand il y a de l’inquiétude, de la détresse… Et puis il faut encourager celles et ceux qui tirent en avant, c’est l’objet de cette visite d’entreprise », a expliqué le ministre.

Un ministre « en marge de rien »

Le gouvernement ? Il lui est toujours loyal, a laissé entendre Emmanuel Macron, assurant qu’il n’était « en marge de rien », à quelques heures du lancement à Paris du mouvement « Hé oh la gauche » auquel il ne participera pas.

« Je ne suis pour ma part, à mes yeux, en marge de rien », a déclaré Emmanuel Macron lors d’un point-presse. «Je serai ce soir à Hanovre [pour la Foire mondiale de l’industrie] avec mon collègue allemand Sigmar Gabriel, c’est là qu’on m’attend, c’est là où le ministre de l’Economie et de l’Industrie doit être », a-t-il ajouté.

>> A lire aussi : Les soutiens de Hollande font le SAV du quinquennat

Près de la moitié du gouvernement doit participer lundi soir au lancement du mouvement « Hé oh la gauche », destiné à remobiliser la gauche en faveur de François Hollande à un an de la présidentielle. Mais sans Emmanuel Macron, ni Manuel Valls, en déplacement au Mont Saint-Michel, ni Ségolène Royal, prise par la conférence environnementale ce lundi et mardi.