VIDEO.Pour Jean-Marie Le Guen «la #NuitDebout est très marginale»

MOUVEMENT Le secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement était l’invité du "Grand rendez-vous" sur Europe 1/Le Monde/iTélé…

20 Minutes avec AFP

— 

Le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen, à son arrivée à l'Hôtel Matignon à Paris le 18 février 2016
Le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen, à son arrivée à l'Hôtel Matignon à Paris le 18 février 2016 — KENZO TRIBOUILLARD AFP

Le secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen (PS), a jugé dimanche que le mouvement Nuit Debout était « très marginal » et en partie manipulé par l’extrême gauche.

« C’est très marginal, on imagine mal que la place de la République soit la réponse à la présidentielle de 2017 », a estimé M. Le Guen au Grand Rendez-vous sur Europe 1/Le Monde/iTélé.

« Même s’il faut prendre en compte cette soif d’idéal, on voit les manipulations grossières d’une extrême gauche qui vient ramener ici sa radicalisation, là sa violence », a-t-il dit.

La « radicalisation » de la CGT

« Il y a un témoignage intéressant, et une authenticité pour partie, une manipulation pour le reste, », a-t-il résumé. M. Le Guen s’est également dit « inquiet et attristé de voir la marginalisation et la radicalisation de la CGT », qui « est aux mains de groupuscules ».

Enfin, il a appelé au « combat des idées » contre « ceux qui manipulent politiquement les symboles d’asservissement des femmes », ce qu’il a qualifié « d’idéologie islamo-gauchiste ».

>> A lire aussi : VIDEO. #NuitDebout: Un «orchestre debout» joue place de la République pour un «monde meilleur»

Dans son livre numérique qu’il vient de publier, « La gauche qui vient (place à la République !) », il définit « l’islamo-gauchisme » comme « une part de la gauche de la gauche »,incarnée selon lui par Clémentine Autain, « prête à céder totalement au différentialisme culturel » en acceptant « de substituer des normes religieuses et communautaires à nos droits et nos règles républicaines ».