VIDEO. Emmanuel Macron dénonce des manœuvres pour affaiblir de François Hollande

POLEMIQUE Le ministre de l’Economie refuse d’être utilisé contre le chef de l’Etat…

Clémence Apetogbor

— 

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron à Varsovie, à Varsovie, à l'occasion d'une réunion ministérielle européenne des
Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron à Varsovie, à Varsovie, à l'occasion d'une réunion ministérielle européenne des — JANEK SKARZYNSKI / AFP

Emmanuel Macron n’apprécie pas qu’on remette en cause sa loyauté au président de la République.

Le ministre de l’Economie a dénoncé ce vendredi à Varsovie le comportement « insupportable » et « indigne » de ceux qui selon lui cherchent à l’utiliser pour affaiblir François Hollande.

Des plans pour 2017 ?

« Certains et certaines voudraient utiliser le moindre mot, la moindre initiative pour fragiliser le président de la République. Ça m’est insupportable et je considère que notre pays n’a pas besoin de cela », a déclaré Emmanuel Macron à des journalistes à Varsovie, à l’occasion d’une réunion ministérielle européenne des « Amis de l’Industrie », portant notamment sur la protection de la sidérurgie européenne face à la concurrence chinoise.

« Qu’on commente, qu’on observe, mais de grâce, qu’on n’affaiblisse pas le président de la République, qu’on ne m’utilise pas pour l’attaquer, c’est indigne », a-t-il ajouté.

Porté par des sondages flatteurs, le ministre, qui a lancé son propre mouvement politique le 13 avril, réagissait aux interrogations sur ses intentions pour 2017.

>> A lire aussi : Macron serait-il l'homme providentiel de la gauche en 2017 ?

Agir en responsabilité

« Que celles et ceux qui considèrent que prendre la moindre initiative, proposer pour le pays, porter ses idées, rassembler sur des idées d’intérêt général, essayer précisément de coaguler les bonnes volontés, serait une forfaiture, ceux-là ont une conception disciplinaire de la vie politique qui n’est pas la mienne », a-t-il encore dit à Varsovie.

>> A lire aussi : Emmanuel Macron déclare ne pas être «l'obligé» de François Hollande puis rétropédale

Il a aussi affirmé qu’il « continuerait à agir en responsabilité pleine et entière comme ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique ». D’autre part, a-t-il dit, « je continuerai à agir en liberté sur tous les sujets d’intérêt général du pays puisque c’est l’intérêt commun. En responsabilité, en liberté. »

Une liberté de ton et d’action que François Hollande a tenu à recadrer sur le plateau de France 2 lors de l’émission Dialogues Citoyens. Interrogé sur les ambitions de son ministre, le président de la République a prévenu : « Il est à sa tâche (…) Il doit être dans l’équipe, sous mon autorité, ce n’est pas qu’une question de hiérarchie, il sait ce qu’il me doit, c’est une question de loyauté personnelle et politique. » Le message est clair.