François Hollande sur France 2: Michel Sapin regrette le manque de respect «envers l'institution» de Léa Salamé

POLEMIQUE La pique de la journaliste de France 2 au chef de l'Etat avait divisé les internautes...

Clémence Apetogbor

— 

Michel Sapin, ministre des Finances, lors du lancement de la campagne 2016 de l'impôt sur le revenu.
Michel Sapin, ministre des Finances, lors du lancement de la campagne 2016 de l'impôt sur le revenu. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Léa Salamé est-elle allée trop loin ? C’est ce qu’a laissé entendre le ministre des Finances Michel Sapin, invité mardi soir au « Grand Oral » de Sciences-Po, qui n’a visiblement pas apprécié les remarques de la chroniqueuse d’On n’est pas couché au chef de l’Etat.

Lors des Dialogues Citoyens, émission qu’elle coprésentait jeudi dernier avec David Pujadas sur France 2, la journaliste s’est fait remarquer. Alors qu’elle interroge le président de la République sur la question des réfugiés, celui-ci estime avoir la même ligne de conduite que la chancelière allemande Angela Merkel.

La journaliste s’offusque et lance au visage du chef de l’Etat : « C’est une plaisanterie ? »

>> A lire aussi : Léa Salamé lance «C'est une plaisanterie» au Président et divise le Web

Un manque de respect envers « l’institution »

Mardi soir, Michel Sapin, questionné sur les scores dans les sondages de François Hollande, a estimé « que tant qu’il n’est pas à 3 %, c’est bon », ce à quoi il s’est vu rétorquer un humoristique « Tant qu’il n’est pas à 3 %, c’est bon ? C’est une plaisanterie ? », rapporte BFMTV ou Le Figaro.

« Quand vous le dites vous, c’est tout de suite moins désagréable. Pourtant vous n’avez pas le même sourire. Comme quoi ce n’est pas le sourire qui compte mais le ton, la tonalité et le respect qu’on doit avoir pour les institutions » a rétorqué Michel Sapin, taclant au passage Léa Salamé.

Dans la foulée, Michel Sapin a donc été interrogé sur cet échange entre la journaliste et le chef de l’Etat. Michel Sapin a estimé que ce n’était pas un manque de respect « envers François Hollande » mais envers « l’institution elle-même ».