Hollande sur France 2: Le Président n'attire pas les foules et fait trois grosses erreurs

TELEVISION Les propos du chef de l’Etat ont été passés à la loupe…

Clémence Apetogbor

— 

François Hollande dans l'émission de France 2 «Dialogues citoyens».
François Hollande dans l'émission de France 2 «Dialogues citoyens». — S.DE.SAKUTIN/AP/SIPA

Les Français n’était pas vraiment au rendez-vous… La vérité non plus ? Sans compter une audience bien faible (seulement trois millions et demi de téléspectateurs ont regardé l’émission ce jeudi sur France 2), François Hollande, interrogé par quatre Français dans Dialogues Citoyens, a fait trois erreurs notables. Le tour des approximations…

Le chef de l’Etat s’est notamment trompé sur le sort judiciaire de l’imam de Brest, a donné un chiffre erroné sur le chômage des jeunes, a relevé Francetv info.

  • Le statut de l’imam de Brest

Le président est apparu ému après une question posée sur les propos d’un imam de Brest, Rachid Abou Houdeyfa, qui prêchait que « la musique est la créature du diable » devant des enfants.

« C’est vrai que quand on entend ces prêches-là, on ne peut pas les accepter. C’est la raison pour laquelle nous avons expulsé environ 80 prêcheurs de haine » a dit le président.

Puis François Hollande est allé plus loin, affirmant que la mosquée avait été fermée, à tort.

« Ce lieu de haine a été fermé. Il (l’imam) est dans une procédure judiciaire. Donc nous devons lutter contre ces prêcheurs, ces partisans de la haine qui induisent la radicalisation. »

Or, la mosquée en question n’a pas été fermée, comme le rapporte L’Express, mais perquisitionnée en novembre 2015. Pis, l’imam en question prêche toujours dans la mosquée Sunna de Brest et continue à poster des vidéos sur sa page Facebook.

  • Sur le taux de chômage des jeunes

Léa Salamé, qui interrogeait le chef de l’Etat, affirmer que le taux de chômage des jeunes en France est de cinq points au-dessus de la moyenne européenne.

De son côté, le président Hollande soutient qu’il est inférieur à la moyenne de l’UE, et conteste l’affirmation de la journaliste. « Non, ce n’est pas vrai », a-t-il déclaré.

Mais qui des deux est dans le juste ?

>> A lire aussi : L'intervention de François Hollande critiquée par tout le monde (sauf le PS)

En janvier 2016, rappelle Francetv info, le taux de chômage des jeunes s’est élevé à 25,9 % en France, alors qu’il n’était que de 19,7 % dans l’Union européenne, selon l’institut Eurostat. Léa Salamé 1 - François Hollande 0.

  • La France va-t-elle mieux ?

François Hollande l’affirme, le pays « va mieux ». « Il y a plus de croissance, il y a moins de déficit, il y a moins d’impôts, il y a plus de compétitivité, il y a plus de marges pour les entreprises, il y a plus de pouvoir d’achat pour les salariés. Voilà ce que j’ai fait depuis quatre ans, et voilà pourquoi je vais poursuivre jusqu’au bout », a-t-il martelé.

Problème, entre 2012 et 2015, la croissance n’est passée « que » de 0,2 % à 1,1 %. L’amélioration est indéniable mais reste en deçà de celle de la zone euro (1,6 %).

>> A lire aussi : «Dialogues citoyens» avec François Hollande ou l’urgence de rebondir face aux Français

"Il y a moins d’impôts" a affirmé le chef de l’Etat. C’est vrai, la pression fiscale est moindre qu’il y a quelques années. Mais il est à noter que cette baisse est consécutive à une forte hausse mise en place par le socialiste à son arrivée au pouvoir.

Concernant le déficit public, le président est dans le vrai puisqu’il était de 4,8 % du PIB en 2012, et n’est plus que de 3,5 % en 2015. Toutefois, la France conserve son bonnet d’âne européen, note François Lenglet.

Enfin, le taux de marge des entreprises est bien en augmentation depuis 2012, selon les statistiques officielles. Le pouvoir d’achat, lui, augmente, notamment grâce à une faible inflation. Mais le président « oublie » une question importante, celle du chômage. Et celui-ci a grimpé de 24 points entre juin 2012, où on dénombrait 2,9 millions de demandeurs d’emploi contre 3,6 millions en février 2016.