Présidentielle 2012: Sarkozy a dépensé le double du plafond autorisé, affirme Mediapart

DEPENSES Sur les 45,8 millions d’euros qu’a coûté la campagne, au moins 24,5 millions n’auraient pas été déclarés, rapporte Mediapart…

Clémence Apetogbor

— 

Nicolas Sarkozy lors d'un sommet à New Delhi le 13 avril 2016
Nicolas Sarkozy lors d'un sommet à New Delhi le 13 avril 2016 — SAJJAD HUSSAIN / AFP

Un rapport, fourni aux juges d’instruction, détaille pour la première fois les dépenses de campagne du candidat Nicolas Sarkozy pendant la présidentielle 2012.

Mediapart, qui a eu accès à une synthèse du document, a dressé mercredi un constat sans appel, « il y avait davantage de frais occultes que de frais déclarés. »

Près de 24,5 millions d’euros non déclarés

Sur les 45,8 millions d’euros qu’a coûté la campagne de l’ancien président, au moins 24,5 millions n’auraient pas été déclarés, rapporte Mediapart. Pourtant, le montant maximal autorisé est de 22,5 millions d’euros, ce qui a valu à Nicolas Sarkozy d’être mis en examen pour financement illégal.

L’ancien chef de l’Etat avait alors déclaré 21,3 millions d’euros de dépenses, comptes rejetés par le Conseil constitutionnel.

>> A lire aussi : Le Conseil constitutionnel rejette les comptes de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012

Des millions découverts ces derniers mois

Le rapport fait état de 8,2 millions d’euros supplémentaires, en plus des 16,3 millions d’euros de factures de Bygmalion dissimulées et déjà connues, découverts ces derniers mois. « C’est la première expertise solide fournie aux juges depuis le début de l’enquête », souligne Mediapart, pour qualifier le rapport daté du 17 mars et réalisé par une « assistante spécialisée du pôle financier ».

Selon Mediapart cette expertise est basée sur une « masse de prestations sans rapport avec Bygmalion sur lesquelles les enquêteurs sont tombés à l’automne dernier dans les archives de l’UMP et qu’ils ont repêchées » en mettant la main sur une « ligne » budgétaire dans les comptes de l’UMP, baptisée par la suite Les Républicains, sous l’intitulé « présidentielle ». En tout, le montant s’élève à 15,4 millions d’euros en tout, dont une partie a été réglée par le parti.

Toutefois, dans les 8,2 millions d’euros que Nicolas Sarkozy aurait dû déclarer, dépassant ainsi le plafond légal, se trouve « 2,9 millions d’euros d'"ardoise" du candidat auprès de l’agence de voyage Carlson (jets, hôtels, etc.), 12.953 de badges et bandeaux de la société Artista, ou encore des locations de cars pour 766.186 euros, chaque fois réglés par l’UMP ».