Présidentielle 2017: Des mouvements citoyens lancent la «primaire des Français»

PRIMAIRE Cette primaire, qui vise à promouvoir un candidat issu de la société civile à la présidentielle, s'organisera à l'automne 2016...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Les animateurs de la «Primaire des français», lancée le 11 avril 2016 à Paris.
Les animateurs de la «Primaire des français», lancée le 11 avril 2016 à Paris. — A.-L.Béraud/20 Minutes

« Il y a la primaire des partis, de droite et de gauche, il y a désormais la primaire des Français, de tous les Français », s’exclame ce lundi Corinne Lepage, présidente du parti Cap21-LRC. Avec cinq autres mouvements citoyens (Nous citoyens, Génération Citoyens, Bleu-Blanc-Zèbre, La Transition, Pacte civique) l’ancienne ministre veut renouveler la politique.

« Donner de l’oxygène à la politique »

A 13 mois de la présidentielle, ces formations souhaitent promouvoir un candidat issu de la société civile « pour donner de l’oxygène à la politique », souligne Jean-Baptiste de Foucauld, du « Pacte civique ».

>> A lire aussi : Régionales 2015: Des mouvements citoyens veulent peser sur le scrutin

Alors que plus des trois quarts des Français se disent prêts à voter pour un candidat qui n’est pas issu d’un parti politique selon un sondage publié ce lundi par 20 Minutes, « il faut proposer un nouveau contrat aux Français », ajoute Claude Posternak (La Transition), à l’image du Conseil national de la résistance (CNR) créé lors de la deuxième guerre mondiale.

« Ne pas se réduire au tripartisme »

Pour « ne pas se réduire au tripartisme », ces mouvements ont lancé ce lundi à Paris le principe d’une primaire qui s’organisera à l’automne. Tout candidat devra se soumettre à une « charte d’éligibilité » particulière, à savoir : Ne jamais avoir été condamné, ne pas avoir assuré plus de douze ans de mandat électoral, avoir au moins travaillé cinq ans en entreprise, dans le milieu socio-éducatif ou la culture.

Ces conditions, avancent ces formations, sont nécessaires pour « faire sauter les verrous » qui pénalisent le pays, souligne Nicolas Doucerain (Nous citoyens).

>> A lire aussi: Régionales 2015 : La difficile campagne des listes citoyennes

Ils espèrent obtenir rapidement « 500.000 signatures » sur le site de la « primaire des Français » pour faire avancer le projet d’une plateforme commune. « 500.000 signatures, c’est une masse critique, c’est le minimum car on se casse le cul », assure l’écrivain Alexandre Jardin (Bleu-Blanc-Zèbre). S’ils réussissent, ces petits partis annoncent de nouvelles actions « pour créer une alternative en 2017 ».