Primaire à gauche: Le PS approuve, EELV reste prudent

ELECTION Le PS a toutefois repoussé à juin le choix de laisser concourir un seul ou plusieurs candidats issus du PS...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration du Parti Socialiste
Illustration du Parti Socialiste — NICOLAS MESSYASZ

Le Parti socialiste a approuvé et Europe-Ecologie Les Verts acté avec prudence samedi le principe de leur participation à une primaire de la gauche et des écologistes, tout en renvoyant au mois de juin leur décision finale sur un processus qui semble avoir peu de chances d'aboutir.

>> A lire aussi: Les options tactiques de François Hollande

«Le parti socialiste réaffirme sa volonté de voir la primaire de toute la gauche aboutir», peut-on lire dans un texte voté à l'unanimité du Conseil national du PS, le parlement du parti.

Il «suggère un vote durant la première quinzaine de décembre» -en conformité avec la date proposée par le comité d'organisation de la primaire, les 4 et 11 décembre, qui réunit depuis le mois de février les initiateurs de l'appel Notre primaire, le PS, EELV et le PCF.

Le PS a renvoyé au mois de juin sa décision quant au fait de participer avec un ou plusieurs candidats. Le Premier secrétaire du PS et des proches du président de la République comme Bruno le Roux ou François Rebsamen se sont dits favorables à la candidature unique de François Hollande.

Les communistes et les écologistes réticents à soutenir Hollande

«Le Parti socialiste décidera dans l'esprit de pluralité des modalités de candidature à la candidature à la primaire citoyenne lors d'un conseil national» qui doit se tenir le 3 juin, précise la motion.

Alors que les communistes et les écologistes se montrent plus que réticents à soutenir François Hollande s'il devait sortir gagnant de la primaire, le texte affirme que le PS «rejette toute tentative de lui fixer un périmètre excluant a priori une des sensibilités de l'ensemble de la gauche. Il demande simplement que les candidats, et les partis qui les soutiennent, s'engagent à soutenir le gagnant».

Une condition qu'Europe Ecologie-Les Verts a globalement rejetée samedi. «Nous n'avons jamais engagé le parti sur un soutien éventuel à François Hollande», a affirmé lors du conseil fédéral (parlement du parti) Marine Tondelier, chargée par EELV de représenter les écologistes au comité d'organisation.

La mise en place d'un «périmètre politique» exigé

La motion adoptée par le parti (57 voix pour, 16 contre, trois votes blancs) se contente d'«accueillir avec intérêt» l'organisation d'une primaire de gauche, le terme de «soutien» ayant été gommé.

Le texte exige en outre la mise en place d'un «périmètre politique» qui obligerait le gagnant vis-à-vis des autres candidats. «Périmètre politique» qui serait déterminé dans des débats citoyens publics lancés dès la semaine prochaine.