Déchéance de nationalité: «Nous revoilà libres ensemble», écrit Christiane Taubira

REACTION François Hollande a enterré la révision constitutionnelle qu'il avait initiée après les attentats de novembre...

L.Be.
— 
Christiane Taubira à l’Université de New York le 29 janvier 2015
Christiane Taubira à l’Université de New York le 29 janvier 2015 — LEVY AMIR/SIPA

« Nous revoilà libres ensemble »,écrit mercredi l’ex-garde des Sceaux Christiane Taubira sur Facebook après l’abandon de la révision constitutionnelle qui prévoyait notamment la déchéance de nationalité. Un texte qu’elle a également relayé sur son compte Twitter.

Après quatre mois de vifs débats ayant notamment déchiré la gauche, François Hollande a enterré la révision constitutionnelle qu’il avait initiée après les attentats de novembre.

La « parenthèse d’un douloureux égarement » se ferme

« Maintenant que se ferme la parenthèse d’un douloureux égarement, que la Constitution va demeurer la résidence de nos valeurs, des principes qui régissent la République, des symboles qui nous font tenir ensemble, de nos droits et de nos libertés imprescriptibles, des règles qui s’imposent à chacun d’entre nous pour rendre possible la vie commune, bref maintenant que la Loi fondamentale redevient le cadre de notre appartenance, nous revoilà libres ensemble. »


 

Après sa démission, Christiane Taubira avait d’ailleurs publié Murmures en février, un essai de 100 pages, un long et flamboyant réquisitoire contre la déchéance de nationalité. L’ancienne Garde des Sceaux y écrivait notamment : « Céder à la coulée d’angoisse et se laisser entraîner, au lieu d’endiguer, signe la fin du Politique et de la politique. Le glas. Plus fatal que l’hallali. »