Des «Molenbeek» en France? Les propos du ministre de la Ville gênent à gauche

FRANCE Des poches, des immeubles et des rues mais pas des quartiers entiers selon Jean-Christophe Cambadélis...

20 Minutes avec AFP

— 

Le premier secrétaire du Parti socialiste français, Jean-Christophe Cambadélis, donne une conférence de presse au siège du parti, le 7 mars 2016 à Paris
Le premier secrétaire du Parti socialiste français, Jean-Christophe Cambadélis, donne une conférence de presse au siège du parti, le 7 mars 2016 à Paris — DOMINIQUE FAGET AFP

Invité de l’émission « Grand Rendez-vous » Europe 1–iTélé–Le Monde, Patrick Kanner, le ministre de la Ville, a estimé dimanche qu’une « centaine de quartiers en France » présentent des « similitudes potentielles avec Molenbeek » dont étaient originaires plusieurs auteurs des attentats du 13 novembre à Paris. Des propos qui n'ont pas manqué de gêner, voire agacer, à gauche.

>> A lire aussi : Le ministre de la Ville dénombre « une centaine de quartiers français » similaires à Molenbeek

Pas de stigmatisation

Comme Julien Dray, conseiller régional PS d'Ile-de-France et cofondateur de SOS Racisme, qui a appelé dans le «Grand jury» RTL-LCI-Le Figaro à ne pas céder à des formules faciles qui stigmatisent : «Depuis 20 ans, il y a une ghettoïsation sociale qui donne lieu à une montée de la délinquance et aussi à des noyaux islamistes qui essaient d'instrumentaliser des points sociaux. Ce sont des points communs avec Molenbeek, mais je n'aime pas qu'on stigmatise car la majorité de la population de ces quartiers en a assez d'être désignée à la vindicte populaire.»

>> Molenbeek : Comment Salah Abdeslam a échappé au moins trois fois à la police

«Des poches, des immeubles, des rues mais pas de quartiers»

Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a lui aussi pris ses distances avec les propos du ministre de la Ville, évoquant «des poches», «des immeubles» et «des rues» présentant des «problèmes» similaires à Molenbeek, mais «pas de quartiers» entiers.  «Je ne suis pas pour ce discours, a-t-il déclaré sur France 5. On doit avoir une stratégie vis-à-vis du terrorisme, c'est de ne pas isoler les musulmans, mais d'isoler les terroristes.»