Illustration rayon de produits laitiers dans un Carrefour, le 4 juillet 2013.
Illustration rayon de produits laitiers dans un Carrefour, le 4 juillet 2013. — VINCENT WARTNER/20MINUTES

AGRICULTURE

Crise du lait: L'Europe autorise une réduction de la production

Des mesures ont été annoncées pour protéger les agriculteurs contre la chute des prix…

Les 28 ministres de l’Agriculture de l’Union européenne sont réunis ce lundi à Bruxelles pour tenter de trouver des solutions à la crise agricole. Dans le cadre de cette réunion, la Commission européenne s’est dite notamment disposée à autoriser des réductions temporaires de la production dans le secteur laitier en crise.

La Commission a donc dérogé de manière provisoire aux règles de la concurrence que réclamait notamment la France.

« Je suis prêt à proposer l’application de telles règles », a déclaré le commissaire Phil Hogan devant les ministres de l’Agriculture des 28, ouvrant la voie à l’activation d’une mesure permettant aux opérateurs du secteur de s’entendre, sur une base volontaire, sur des limitations temporaires de la production.

>> A lire aussi : Pourquoi les agriculteurs sont en colère

D’autres mesures de protection

« Les modalités complètes de cette mesure doivent encore être finalisées par la Commission et j’espère que nous serons en mesure de les communiquer aux Etats membres très prochainement », a ajouté Phil Hogan.

Autre mesure de nature à protéger les agriculteurs contre la chute des prix, le commissaire Hogan a annoncé qu’il proposait un doublement des niveaux de stockage pour la poudre de lait et le beurre, respectivement à 218.000 tonnes et 100.000 tonnes.

La France souhaitait pour la poudre de lait un relèvement du plafond à 160.000 tonnes pour l’ensemble des 28 (contre 109.000 actuellement).

Une procédure longue

Quant à la crise porcine, Phil Hogan propose le maintien au niveau de 15.000 euros du plafond des aides ministérielles, que certains voudraient voir relever dans la fourchette 20.000-30.000 euros.

La révision du montant du plafond nécessiterait « au moins sept mois » étant donné le nombre d’étapes dans la procédure d’adoption d’une telle mesure, a-t-il expliqué.

Phil Hogan s’est également déclaré prêt à mettre sur pied un Observatoire du marché de la viande qui couvrirait les produits issus du boeuf et du porc.