Crise du lait: L'Europe autorise une réduction de la production

AGRICULTURE Des mesures ont été annoncées pour protéger les agriculteurs contre la chute des prix…

Clémence Apetogbor

— 

Illustration rayon de produits laitiers dans un Carrefour, le 4 juillet 2013.
Illustration rayon de produits laitiers dans un Carrefour, le 4 juillet 2013. — VINCENT WARTNER/20MINUTES

Les 28 ministres de l’Agriculture de l’Union européenne sont réunis ce lundi à Bruxelles pour tenter de trouver des solutions à la crise agricole. Dans le cadre de cette réunion, la Commission européenne s’est dite notamment disposée à autoriser des réductions temporaires de la production dans le secteur laitier en crise.

La Commission a donc dérogé de manière provisoire aux règles de la concurrence que réclamait notamment la France.

« Je suis prêt à proposer l’application de telles règles », a déclaré le commissaire Phil Hogan devant les ministres de l’Agriculture des 28, ouvrant la voie à l’activation d’une mesure permettant aux opérateurs du secteur de s’entendre, sur une base volontaire, sur des limitations temporaires de la production.

>> A lire aussi : Pourquoi les agriculteurs sont en colère

D’autres mesures de protection

« Les modalités complètes de cette mesure doivent encore être finalisées par la Commission et j’espère que nous serons en mesure de les communiquer aux Etats membres très prochainement », a ajouté Phil Hogan.

Autre mesure de nature à protéger les agriculteurs contre la chute des prix, le commissaire Hogan a annoncé qu’il proposait un doublement des niveaux de stockage pour la poudre de lait et le beurre, respectivement à 218.000 tonnes et 100.000 tonnes.

La France souhaitait pour la poudre de lait un relèvement du plafond à 160.000 tonnes pour l’ensemble des 28 (contre 109.000 actuellement).

Une procédure longue

Quant à la crise porcine, Phil Hogan propose le maintien au niveau de 15.000 euros du plafond des aides ministérielles, que certains voudraient voir relever dans la fourchette 20.000-30.000 euros.

La révision du montant du plafond nécessiterait « au moins sept mois » étant donné le nombre d’étapes dans la procédure d’adoption d’une telle mesure, a-t-il expliqué.

Phil Hogan s’est également déclaré prêt à mettre sur pied un Observatoire du marché de la viande qui couvrirait les produits issus du boeuf et du porc.