François Hollande fait «ce qu'il faut pour garder le Royaume-Uni dans l'Europe»...

EUROPE Revivez l'intervention du président de la République ce vendredi soir sur l'antenne de France Inter dans l'émission «Le téléphone sonne»...

20 Minutes avec AFP

— 

François Hollande est l'invité du «Téléphone Sonne» sur France Inter, le 19 février 2016.
François Hollande est l'invité du «Téléphone Sonne» sur France Inter, le 19 février 2016. — Capture d'écran France Inter

Ce live est maintenant terminé. Merci de l'avoir suivi. Interpellé sur divers sujets d'actualités, les migrants à Calais, le Brexit, les frappes de Daesh en Syrie, le chômage en France..., François Hollande n'a fait aucune annonce particulière. 

Il s'est longuement exprimé sur la réforme du droit du travail, dont vous pourrez retrouver les principales mesures par ici.

19h54 : «Je peux ne pas être candidat», à l'élection présidentielle de 2017, «je peux aussi être candidat, je ne me détermine pas encore».

19h45 : Au sujet du chômage : «Je dois avoir des résultats».

19h42 : «Tout ne doit pas être figé dans les entreprises».

19h40 : «Je ne veux pas allonger le temps de travail. Je veux que les entreprises puissent adapter le temps de travail aux réalités économiques». Il faut donner de la «souplesse».

19h37 : «Je veux donner de la visibilité aux partenaires sociaux. Je veux de la négociation.»

19h35 : «Je suis à 14 mois de la fin de mon mandat, je ne suis pas là pour chercher une quelconque complaisance».

19h33 : «Il faudra un référendum, sur initiative des syndicats. Ce seront les salariés qui auront le dernier mot.»

« Je ne veux pas remettre en cause des droits, mais plus de négociation collective, de souplesse, de sécurité.»

19h29 : «Il n'est pas question de remettre en cause les principes fondamentaux de notre droit du travail».

19h27 : «Nous disons aux réfugiés de Calais : si vous ne pouvez pas traverser, nous vous accueillerons dignement».

19h20 : «Il y a eu un Grexit possible. Moi, j'ai dit non. On ne peut pas concevoir l'Europe sans la Grèce».

19h18 : «Que la Grande-Bretagne reste ou non, l'Europe devra prendre des décisions au lendemain du référendum.»

19h13 : Les frappes contre Daech «ont leur efficacité», «nous avons maintenant des résultats».

19h10 : «Je préfèrerais que les Etats-Unis soient encore davantage actifs» en Syrie.

19h03 : «La Russie ne s'en sortira pas en soutenant unilatéralement Bachar al-Assad».

19h02 : Si un parti d'extrême droite «prenait le pouvoir» dans un pays de l'UE, «il y aurait des procédures» de suspension.

18h59 : Au sujte du Brexit : il ne peut pas y avoir de «règles particulières» pour la City.

18h58 : L'Allemagne «ne pourra pas» accueillir «encore des dizaines de milliers» de réfugiés.

18h57 : Sur l'intervention turque en Syrie : «Là, il y a un risque de guerre».

18h55 : La fin de Schengen serait «la fin de l'Europe».

18h53 : Au sujet des migrants : «On doit raisonner en Européens», pas «renvoyer la responsabilité» sur la Grèce.

18h51 : Le président déclare «faire ce qu'il faut pour garder le Royaume-Uni dans l'Europe».

18h44 : François Hollande confirme l'évacuation progressive de la «Jungle» de Calais...