Levallois-Perret: Une affaire Bygmalion chez les Balkany?

JUSTICE La chambre régionale des comptes d’Ile-de-France épingle un contrat passé par la commune dirigée par Patrick Balkany et la société Bygmalion…

20 Minutes avec AFP

— 

Le député-maire UMP de Levallois-Perret Patrick Balkany, dans son bureau à la mairie en 2013
Le député-maire UMP de Levallois-Perret Patrick Balkany, dans son bureau à la mairie en 2013 — Eric Feferberg AFP

Y aurait-il aussi une affaire Bygmalion à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) ? Cette société, au cœur de l’enquête sur les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, et pour laquelle l’ancien président est entendu ce mardi par le parquet financier, aurait également conclu un contrat avec la commune dirigée par Patrick Balkany (Les Républicains).

L’exécution d’un marché de conseil en communication remporté par la société Bygmalion à Levallois-Perret « a été irrégulière durant toute sa durée », estime la Chambre régionale des comptes d’Île-de-France dans un rapport publié ce mardi.

>> A lire aussi : Patrick Balkany dément toute anomalie de gestion

Pas de détails dans les factures

« Aucune des factures ne détaillait les prestations effectuées, pas plus que les bons de commande mentionnaient le détail des prestations attendues », notent les magistrats financiers de la Chambre régionale des comptes (CRC). Ces derniers observent par ailleurs qu'« alors que les montants réglés à l’entreprise atteignent 218.029 euros, seuls 178.024 euros ont été justifiés par des bons de commande pourtant émis en régularisation ».

En mars, le parquet de Nanterre avait ouvert une enquête pour « détournement de fonds publics » visant la ville pour ce contrat. Dès lors, les magistrats s’interrogent « sur la régularité de la passation et de l’exécution de ce marché ». D’autant, soulignent-ils, que certains de ces documents « auraient pu être remis à n’importe quel client sans changer un seul de ses termes » ou que d’autres ont été élaborés « par une filiale de Bygmalion alors qu’aucune sous-traitance n’était prévue par le marché ».

>> A lire aussi : Le « système Balkany » épinglé par la Chambre régionale des comptes

« Un marché payé par les Levalloisiens »

L’élue socialiste au conseil municipal de Levallois-Perret, Anne-Eugénie Faure, a dénoncé « un marché payé par les Levalloisiens, strictement destiné à des fins politiques en pleine année électorale ».

Le rapport de la Chambre régionale des comptes sur Levallois-Perret, d’environ 200 pages, a en outre pointé des comptes municipaux « ni sincères, ni réguliers », viciés à hauteur de 117 millions d’euros, entre 2007 et 2013.