Front national: Le parti chercherait une nouvelle fois à contracter des emprunts en Russie

SOCIETE Le FN recherche 27 millions d'euros pour financer la campagne présidentielle de 2017 et soutenir les candidats frontistes aux élections législatives...

20 Minutes avec agence

— 

Marine Le Pen, le 7 janvier 2016 à Nanterre.
Marine Le Pen, le 7 janvier 2016 à Nanterre. — CHAMUSSY/SIPA

Après un premier prêt de 9 millions d’euros contracté en novembre 2014, le Front national s’apprêterait à nouveau à emprunter de l’argent auprès d’une banque russe, selon Europe 1 qui évoque cette fois-ci le montant de 27 millions d’euros.

Il y a un an et demi, la présidente FN avait justifié ce prêt controversé par les refus de banques françaises. Cette année, Marine Le Pen n’aurait donc à nouveau pas réussi à convaincre les principaux établissements financiers du pays.

>> A lire : Le FN dévoile les lettres de refus de prêt de quatre banques

Quelle indépendance vis-à-vis de la Russie ?

Toujours selon Europe 1, la somme dont a désormais besoin le parti d’extrême-droite servira à financer la campagne présidentielle de 2017 à hauteur de 12 millions d’euros et à soutenir les candidats frontistes aux élections législatives jusqu’à 15 millions d’euros.

A noter que la provenance des fonds utilisés par le FN pourrait remettre sur la table la question de l’indépendance du parti vis-à-vis d’une puissance étrangère qui contribue à son financement. Un argument que les dirigeants du Front national ont toujours balayé, tout en affichant à plusieurs reprises des positions pro-russes.