VIDEO. «Nous sommes à l'abri d'un krach»… Cinq prédictions politiques ratées

PHRASES Retour sur quelques prédictions politiques ou économiques françaises totalement ratées…

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Le ministre des Finances Michel Sapin, le 11 février 2016 à Bruxelles.
Le ministre des Finances Michel Sapin, le 11 février 2016 à Bruxelles. — Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

Le ministre des Finances Michel Sapin s’est voulu rassurant ce mardi matin. Commentant l’instabilité des marchés financiers, il a jugé sur BFMTV-RMC que la France est « à l’abri d’un krach ». « Il ne faut pas confondre une instabilité, une volatilité, avec ce qui s’est passé en 2008 [lors de la crise financière]. D’autant que depuis, des décisions ont été prises pour sécuriser le système bancaire. Nous sommes à l’abri d’un krach », a-t-il assuré. Face à une telle assurance, 20 Minutes revient, sans mauvais esprit, sur quelques prédictions totalement ratées…

François Hollande : La courbe du chômage sera inversée « d’ici un an »

Quelques mois après son élection à l’Elysée, François Hollande fait le 9 septembre 2012 sur le plateau du 20h la promesse qui va plomber son quinquennat : « inverser la courbe du chômage d’ici un an. » Pari raté : le ministère du Travail annonce le 24 octobre 2013 que le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 60.000 personnes au mois de septembre. Le nombre total de demandeurs d’emploi s’établit alors à 3,29 millions. Depuis, ça ne s’est guère vraiment arrangé.

François Baroin : « Le triple A de la France n’est pas en danger »

Alors ministre de l’Economie, François Baroin estime le 18 octobre 2011 que la note de la dette publique française, évaluée à un triple A, n’est pas menacée. « Le triple A de la France n’est pas en danger puisque nous répondrons présents et nous serons même en avance sur le temps de passage des objectifs de réduction de déficit, c’est intangible (…). Nous serons là pour conserver ce triple A », affirme alors François Baroin. Le 13 janvier 2012, la France figure pourtant sur la liste de pays européens dégradés par l’agence de notation Standard & Poor’s, à AA +

Claude Allègre : « On affirme que la Terre serait menacée par un réchauffement climatique »

L’ancien ministre de l’Education nationale Claude Allègre, « climatosceptique » le plus célèbre de France, publie L’imposture climatique ou la fausse écologie (Plon) en février 2010. Il y écrit notamment : « On affirme, à longueur de journaux télévisés, que la Terre serait menacée par un réchauffement climatique, une espèce de canicule généralisée (…) Mais d’un autre côté, depuis trois hivers, tout le monde patauge dans la neige » La hausse des températures ne relève pourtant pas du mythe, les études le prouvent années après années. Les températures enregistrées dans le monde entre janvier et novembre 2015 ont battu des records, laissant présager que l’année 2015 sera la plus chaude de l’histoire moderne, ont annoncé le 17 décembre les experts de l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA). Désertification, sécheresses, acidification des océans et diminution des terres arables sont quelques conséquences de ce réchauffement climatique.

Nicolas Sarkozy : « Désormais, quand il y a une grève en France, personne ne s’en aperçoit »

Louant ses réformes depuis le début de son quinquennat, Nicolas Sarkozy se félicite le 5 juillet 2008 lors d’un Conseil national de l’UMP : « Désormais, quand il y a une grève en France personne ne s’en aperçoit. » Quelques mois plus tard, le 29 janvier 2009, une grève massive contre la politique sociale du gouvernement paralyse pourtant les principales villes de France. Les chiffres oscillent entre 1,1 (selon la police) et 2,5 millions (selon le syndicat CGT) de manifestants dans toute la France.

Lionel Jospin : « Cela me paraît assez peu vraisemblable [de ne pas être au second tour en 2002] »

Juste avant le premier tour de la présidentielle 2002, John Paul Lepers interroge le candidat socialiste, Lionel Jospin, sur le fait qu’il puisse être éliminé au premier tour de la présidentielle. Réponse secouée de rires : « J’ai une imagination normale, mais tempérée par la raison (…) Cela me paraît assez peu vraisemblable. Donc on peut passer à la question suivante ». Le 21 avril 2002, les deux candidats qualifiés au second tour de cette élection sont Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen.

>> Voir la vidéo de l’interview par ici, à partir de 1’39