Manuel Valls estime que la politique migratoire d'Angela Merkel n'est pas «tenable»

IMMIGRATION Les critiques à l’égard de la politique suivie par Berlin dans le dossier des réfugiés ne cessent de croître…

20 Minutes avec AFP

— 

Manuel Valls lors des questions au gouvernement, le 2 février 2016 à Paris
Manuel Valls lors des questions au gouvernement, le 2 février 2016 à Paris — PATRICK KOVARIK AFP

Manuel Valls hausse le ton contre Berlin. Dans une interview à la presse allemande à paraître samedi, le chef du gouvernement critique« la politique d’Angela Merkel d’ouverture des frontières ouvertes » : « Cette politique qui était temporairement justifiée n’est pas tenable dans la durée », a expliqué le Premier ministre dans cette interview au groupe de presse régional allemand Funke.

Reprendre le contrôle des frontières

« Nos capacités d’accueil limitées, les tensions de ces dernières semaines (en Allemagne mais aussi ailleurs en Europe) nous obligent à dire les choses clairement : l’Europe ne peut pas accueillir tous les migrants en provenance de Syrie, d’Irak ou d’Afrique », affirme Manuel Valls. « L’Europe doit reprendre le contrôle de ses frontières et sa politique migratoire et d’asile », a-t-il ajouté.

De son côté, la Russie s’est montrée encore plus critique vis-à-vis de la politique allemande. Dans une autre interview en Allemagne, au quotidien Handelsblatt, le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a lui jugé « tout simplement stupide » la politique européenne d’accueil des migrants qu’incarne la chancelière Angela Merkel, ayant consisté à « ouvrir grand les portes européennes et d’inviter tous ceux qui aspiraient à venir ».

>> A lire aussi : L’Etat va débloquer 530 millions d’euros pour accueillir les réfugiés

La Première ministre polonaise, Beata Szydlo, a elle appelé à « un virage » dans la politique migratoire conduite par la chancelière, dans une interview au quotidien Bild.

L’Allemagne a accueilli à elle seule en 2015 plus d’un million de demandeurs d’asile, ce qui vaut à la chancelière des critiques croissantes dans son pays.