Gouvernement: Les trois détails à retenir du remaniement

REMANIEMENT Il a fallu attendre pour avoir la composition de ce nouveau gouvernement et quelques changements, qui peuvent apparaître comme anodin, sont en fait importants...

H.S.

— 

Le Premier ministre Manuel Valls le 11 janvier 2016 à Matignon.
Le Premier ministre Manuel Valls le 11 janvier 2016 à Matignon. — CHAMUSSY/SIPA

C’est un gouvernement basé sur l’expérience, sur la « solidité », « le renouvellement », avec « une assise élargie », voilà comment Manuel Valls, a qualifié sa nouvelle équipe quelques minutes après l’annonce de l’Elysée. En dehors des noms des nouveaux ministres et du départ de quatre anciens membres du gouvernement, plusieurs changements sont intervenus dans la foulée de ce remaniement et ils ne sont pas passés inaperçus.

>> VIDEO.Remaniement : La composition du nouveau gouvernement Valls

  • La disparition du secrétariat d’Etat aux droits des femmes

C’est probablement le changement le plus décrié depuis la publication de la nouvelle équipe gouvernementale. Jusqu’ici géré par Pascale Boistard dans un secrétariat d’Etat dédié, la question des droits des femmes est désormais intégrée au ministère de la Famille et de l’Enfance, actuellement dirigé par Laurence Rossignol. Une décision fustigée par les militantes des droits des femmes qui dénonce un sexisme latent, réduisant la femme à son rôle de mère et la rattachant à la sphère familiale.

Marie George Buffet a également réagi sur son compte Facebook: « François Hollande renoue avec une politique que l’on croyait révolue et qui cantonnait les femmes dans le domaine du privé en charge de leur foyer et de leurs enfants. Décidément, quand on glisse à droite on glisse sur toutes les valeurs d’émancipation, celle des femmes de la domination masculine mérite un plein Ministère ». 

  • La renaissance du secrétariat d’aide aux victimes

Secrétariat éphémère créé en mars 2004 sous l'autorité du garde des Sceaux, la réapparation du secrétariat d'aide aux victimes géré par Juliette Meadel, intervient après une année marquée par deux attentats terroristes. « C’est une bonne nouvelle, confie à 20 Minutes, Michèle de Kerckhove, présidente de l’Institut d’aide aux victimes et de médiation (Inavem). Nous n’avions pas eu d’informations au préalable. Mais cela fait des années que nous appelions de nos vœux la création de ce portefeuille. »

A lire aussi >> Remaniement: Les associations saluent la création du secrétariat d’état à l’aide aux victimes

  • Emmanuel Macron rétrogradé dans l’ordre protocolaire

Le ministre de l'Economie paye-t-il ses récentes frictions avec Manuel Valls? Oui, pour nombre d'observateurs politiques. Si pour beaucoup, cela relève davantage du symbole, Emmanuel Macron se retrouve désormais en 13e place sur l'ordre protocolaire des ministres, contre la 11e place avant le remaniement.