Remaniement: 52% des Français veulent un nouveau Premier ministre

SONDAGE Plus de sept Français sur dix (71%) souhaitent un remaniement du gouvernement dans les prochaines semaines...

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre Manuel Valls le 5 février  2016 à l'Assemblée nationale à Paris
Le Premier ministre Manuel Valls le 5 février 2016 à l'Assemblée nationale à Paris — LIONEL BONAVENTURE AFP

Les Français veulent du changement. Selon un sondage* Ifop pour le site Atlantico publié lundi, 52 % souhaitent un nouveau locataire à Matignon selon un sondage Ifop pour le site Atlantico publié lundi.

53 % des sympathisants « Républicains » sont pour le départ de Valls

Si 62 % des sympathisants de droite - mais seulement 53 % de ceux des seuls « Républicains » - souhaitent que Manuel Valls soit remplacé à Matignon, c’est aussi le cas de 39 % des proches de la gauche - mais de seulement 21 % des sympathisants du PS.

Autre enseignement, 71 % des personnes interrogées sont favorables à un remaniement du gouvernement dans les prochaines semaines. Si 82 % des sympathisants de droite souhaitent un changement de l’équipe gouvernementale, c’est aussi le cas de 62 % des proches de la gauche, dont un sympathisant du PS sur deux (51 %) et deux tiers de ceux des écologistes d’EELV (67 %).

Remaniement ministériel : Mais qui seront les sortants et les entrants au sein du gouvernement ?

En avril 2015, après les élections départementales marquées par un sérieux revers de la gauche, moins d’un Français sur deux (49 %) réclamait un remaniement, selon une précédente enquête de l’Ifop. Les résultats de l’enquête expriment selon l’institut « la volonté globale (…) d’une redistribution des cartes, d’une modification du paysage politique ». Après les départementales 2015, seules 37 % des personnes interrogées souhaitaient un changement de Premier ministre.

Des noms testés pour un remaniement

François Hollande prépare actuellement un tel remaniement, à la faveur du départ probable de Laurent Fabius pour le Conseil constitutionnel. Pour preuve, l’Elysée a transmis à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) quelques noms pour des vérifications notamment fiscales en vue d’un prochain remaniement. Créée par les lois sur la transparence post-affaire Cahuzac en 2013, elle procède quand l’Elysée le requiert à des vérifications complémentaires sur les dossiers dont elle dispose, en lien avec l’administration fiscale.

*Enquête réalisée en ligne du 3 au 5 février, auprès d’un échantillon de 1.399 personnes âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.