Non, Nicolas Hulot «n’entrera pas au gouvernement»

REMANIEMENT Le nom de l'animateur de télévision devenu figure de la défense de l'environnement était évoqué pour un portefeuille très étendu comprenant le ministère de l’Ecologie...

R.S.

— 

Nicolas Hulot le 11 mars 2015 à Paris
Nicolas Hulot le 11 mars 2015 à Paris — Kenzo Tribouillard AFP

En un tweet, Nicolas Hulot a mis fin au débat sur le bien-fondé de son éventuelle nomination au gouvernement. Alors que son nom était évoqué pour intégrer l’équipe ministérielle lors du prochain remaniement, probablement à partir du 10 février, le défenseur de l’environnement a décliné l’invitation du Président Hollande, jeudi après-midi.

 

« Nicolas Hulot n’entrera pas au gouvernement. Il remercie le Président de la confiance qu’il n’a cessé de lui accorder », indique l’ancien animateur en parlant de lui à la troisième personne du singulier. Un proche de Hulot a précisé à l'AFP que ses «conditions préalables» ne semblaient «pas compatibles» avec une entrée au gouvernement, citant l'abandon du projet de construction d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes, des garanties sur la négociation en cours du traité de libre échange transatlantique, ou encore des engagements sur la mise en place d'une fiscalité écologique.

Personnalité plébiscitée

Le nom de Nicolas Hulot était évoqué pour rejoindre le gouvernement avec un portefeuille très étendu comprenant le ministère de l’Ecologie. Pour le convaincre d’accepter le poste, François Hollande lui aurait pourtant donné plusieurs gages, selon Le Monde : l’arrêt du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, la fin des rejets toxiques de l’entreprise Alteo à Gardanne dans la Méditerranée, l’interdiction totale de l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste.

Dans un entretien à l'AFP le 28 janvier, Nicolas Hulot avait reconnu être «cerné par des gens de bonne volonté qui voudraient qu'(il) prenne une initiative», mais il avait dit avoir «besoin de répit».  Il n'avait par ailleurs pas exclu de se présenter en 2017 à l'élection présidentielle, mais avait refusé tout net de participer à des primaires.

Le militant pro-environnement était pourtant plébiscité par les Français. A la question « Quelle personnalité souhaitez-vous qu’elle joue un rôle important au cours des prochaines années », 50 % des sondés ont choisi Nicolas Hulot, envoyé spécial de François Hollande pour la protection de la planète, selon un sondage Ifop pour le JDD.