Présidentielle 2017: Hulot n'exclut plus une candidature, mais sans passer par une primaire

ECOLOGIE L'ancien envoyé spécial de François Hollande pour la planète pourrait retenter sa chance...

N.Beu. avec AFP

— 

Nicolas Hulot, le 27 novembre 2014 à l'Elysée.
Nicolas Hulot, le 27 novembre 2014 à l'Elysée. — PETIT TESSON -POOL/SIPA

Bis repetita ? Nicolas Hulot, dont la mission comme envoyé spécial de François Hollande pour la protection de la planète s’achève, n’a pas exclu jeudi sur France Inter d’être candidat à la présidentielle de 2017, mais sans passer par une primaire.

Interrogé sur sa possible participation à la primaire des gauches et des écologistes qu’ont appelée de leurs vœux des intellectuels et des écologistes, Hulot a répondu : « C’est la seule réponse où je peux être formel, la réponse est non ». « Si jamais vous vous présentez à une présidentielle, ce sera hors primaire ? », demande le journaliste. « Oui », répond Hulot, en précisant un peu plus tard qu’il n’est « pas du tout encore dans ce processus-là ».

« Besoin d’un gouvernement d’union nationale »

« L’enjeu que je porte, et que nous sommes nombreux à porter, est suprapolitique. Et pour moi il n’y a pas un protocole de gauche ou un protocole de droite. Et je pense que nous avons besoin de nous rassembler au-delà des clivages », a-t-il expliqué. Le cadre de la primaire est un « code trop conventionnel », a-t-il ajouté.

Hulot, dont le mandat auprès de François Hollande s’achève le 31 janvier, a en outre estimé qu’on aurait « de toute façon besoin d’un gouvernement d’union nationale ». « On est dans un monde d’une extraordinaire violence et moi je ne veux rien faire qui ajoute de la division à la division », a-t-il dit. Hulot avait été en 2011 candidat à la primaire des écologistes, qu’il avait perdue face à Eva Joly.