VIDEO. Tics de Sarkozy, taille de Ciotti: Le one-man show de Bernard Cazeneuve à l’Assemblée

POLITIQUE Le ministre de l'Intérieur, habitué de l'humour à froid, a encore frappé...

M.C.

— 

Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve (G) prend la parole devant l'Assemblée nationale, lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 26 janvier 2016 à Paris
Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve (G) prend la parole devant l'Assemblée nationale, lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 26 janvier 2016 à Paris — THOMAS SAMSON AFP

En plein débat sur la politique migratoire à l’Assemblée, Bernard Cazeneuve désamorce les tensions… par l’humour. Le ministre de l’Intérieur, qui répondait à une question d’Eric Ciotti, a semblé légèrement agacé par les interruptions successives du député Les Républicains des Alpes-Maritimes, décidant de répliquer par une double pique sur la petite taille des deux hommes.

« Si vous ne voulez pas que je réponde monsieur Ciotti je m’assois », répète plusieurs fois Bernard Cazeneuve avant de glisser, pince-sans-rire : « Mais moi quand je suis assis ou debout j’ai de toute façon la même taille. » Hilarité dans l’Assemblée, y compris chez le député visé, et le ministre d’ajouter : « C’est ce qui me rapproche de monsieur Ciotti ».

« La tension se traduit généralement par des mouvements saccadés »

Quelques secondes avant, Bernard Cazeneuve avait aussi lancé une allusion vacharde à Nicolas Sarkozy et ses tics nerveux. « Je n’ai aucune tension mais en revanche une incommensurable consternation », avait lâché le ministre, toujours en réponse à Eric Ciotti. « Ce sont deux sentiments qui ne produisent pas les mêmes effets sur le métabolisme. La tension se traduit généralement par des mouvements saccadés… », lance-t-il en agitant les épaules à la manière de l’ancien président de la République.

Ce n’est pas la première fois que Bernard Cazeneuve a recours à l’autodérision au sujet de sa taille, ni qu’il étrille Nicolas Sarkozy. Comme le rappelle le Lab d’Europe 1, le ministre avait déclaré en mars dernier : « J’ai un seul point commun avec Nicolas Sarkozy : je peux lui parler droit dans les yeux. » Après son passage place Beauvau, le ministre aura peut-être un avenir dans le stand-up.