Code du travail: La réforme «ne remettra pas en cause la durée légale» de 35 heures, assure Valls

ECONOMIE Il s'agit d'une fin de non recevoir à la proposition d'Emmanuel Macron de supprimer le plancher de majoration de 10% des « heures sup »...

M.P. avec AFP

— 

Manuel Valls le 3 janvier 2016 à l'Assemblée nationale à Paris
Manuel Valls le 3 janvier 2016 à l'Assemblée nationale à Paris — PATRICK KOVARIK AFP

Manuel Valls ne veut pas remettre en cause les 35 heures. La réforme du Code du travail «ne remettra pas en cause la durée légale», a-t-il répété ce lundi lors d'une conférence de presse à Matignon à l'occasion de la remise du rapport Badinter sur les pistes de réforme.

Un «niveau de compensation» financière des heures supplémentaires figurera dans la loi réformant le code du Travail, a annoncé lundi le Premier ministre, fermant de fait la porte à la proposition d'Emmanuel Macron de supprimer le plancher de majoration de 10% des «heures sup».

Le CDI, les 35h et le Smic dans le préambule du code du travail

«Il faut que les heures supplémentaires soient majorées et elles seront toujours majorées. (...) Sinon, ce n'est pas la fin des 35 heures, c'est la fin de la durée légale», a développé Manuel Valls qui a par ailleurs annoncé que les 61 «principes essentiels» du droit du travail énoncés dans le rapport Badinter - le CDI, la durée légale du travail et le Smic notamment - constitueront le «préambule» du futur Code du travail.

«Ces principes formeront le chapitre introductif, le préambule, du Code du travail», a-t-il déclaré. Dans le cadre du projet de loi de Myriam El Khomri, qui doit être présenté début mars, le gouvernement travaillera avec le Parlement «pour préserver au maximum la cohérence et l'équilibre trouvés» au sein de la mission Badinter.