Emploi: Myriam El Kohmri promet à son tour une «inversion de la courbe du chômage»

SOCIETE Pour elle, en 2016, la politique menée par le gouvernement donnera sa pleine mesure...

20 Minutes avec AFP

— 

La ministre du Travail Myriam El Khomri le 6 janvier 2016 à Paris
La ministre du Travail Myriam El Khomri le 6 janvier 2016 à Paris — MARTIN BUREAU AFP

Alors que revoilà l'inversion de la courbe du chômage... La ministre du Travail Myriam El Khomri a de nouveau estimé mardi que «la courbe du chômage s'inverserait en 2016». La ministre a notamment fait valoir qu'une reprise de l'emploi avait eu lieu «en 2015», avec «près de 46.000 créations nettes d'emploi».

>> A lire aussi: Qui est Myriam El Khomri, lisez notre portrait

Ce chiffre n'est toutefois qu'une prévision: selon les derniers résultats de l'Insee, le secteur marchand n'a créé que 20.700 postes sur les trois premiers trimestres, et l'Institut en attend 25.000 de plus au quatrième trimestre.

De la « phase de stabilisation » à la phase de baisse...

Pour l'instant, «nous sommes dans une phase de stabilisation» du chômage, a poursuivi la ministre, mais «le chômage des jeunes a diminué de 25.000 sur la dernière année, donc nous voyons bien que sur le chômage des jeunes, la politique que nous menons produit des résultats».

«Nous amplifions le mouvement pour aller plus vite, plus loin, pour mieux répondre aux territoires afin que le chômage, en France, recule durant l'année 2016», a-t-elle insisté.

Elle compte, pour y parvenir, sur sa «grande réforme audacieuse» du code du travail, qui doit être présentée le 9 mars parochain et sur le plan d'urgence pour l'emploi qui sera détaillé le 18 janvier par François Hollande.

Le patronat critiqué

La ministre a en revanche écarté la proposition du Medef d'un «contrat de travail agile», qui faciliterait le licenciement en incluant des motifs de ruptures inattaquables dans le contrat de travail.

«L'enjeu, c'est de créer de l'emploi et pas de faciliter les licenciements, je ne peux pas être plus claire», a-t-elle répondu au patronat, à qui elle a reproché d'en réclamer «toujours plus» et d'avoir «la mémoire courte».