La presse commente les 100 jours de Nicolas Sarkozy, héros d'un nouveau livre

Sandrine Cochard

— 

AFPTV

La rentrée s’annonce médiatique pour Nicolas Sarkozy. D’abord en tant que sujet du nouveau livre de Yasmina Reza, «L’aube le soir ou la nuit», à l’honneur des hebdos français. «Elle tient un personnage en action, et le serre au plus près. Dans ses carnets, elle note ce dont personne ne semble s’apercevoir : sa légère boiterie. Elle lui trouve les réflexes, les naïvetés, les insolences d’un enfant de 8 ans, à la fois insupportable et attachant,» note «Le nouvel Observateur» qui publie d’ailleurs quelques extraits du livre.

«L’homme trou noir»

«L’aube le soir ou la nuit», peut-être parce que, avec lui, même le moment de la journée n’est plus certain. Champ gravitationnel intense, formidable système à happer son environnement, à désintégrer en l’absorbant toute interprétation, toute analyse portée sur lui, Sarkozy est l’incarnation de l’antimatière en politique. L’homme trou noir. Or, peut-on écrire sur un trou noir sans tomber soi-même dans le néant ?» s’interroge «Le Point».

Pour «l’Express», la question est ailleurs. L’hebdo fait sa une avec une photo du chef de l’Etat sous ce titre «Pourquoi il fascine». Pas une question en vérité mais une réponse, une enquête (énième) sur le système Sarkozy. «Celui qui menait jusque-là un parcours somme toute traditionnel réussit à quitter la classe politique pour s’installer dans l’opinion publique, analyse le journal. Les élus sont honnis, lui devient un people, bientôt une star. Etre hors système (…) est son objectif n°1.»

Turbulences à la rentrée

Mais l’état de grâce dans lequel nage le Président depuis son élection est promis aux turbulences dès la rentrée. Si ses «100 jours à l’Elysée» lui assurent toujours de bons sondages, «la croissance, les difficultés boursières, le revers sur le crédit d’impôt sont autant de nuages, » note «Le Parisien» qui, détaillant les «dossiers chauds» qui l’attendent, prédit à Nicolas Sarkozy «une rentrée chahutée».

«Libération» avance même d’un «septembre noir ?», annonçant également une météo nuageuse sur l’agenda présidentiel. «Les hypothèses budgétaires ne tiennent plus : il faut revoir la copie. (…) Et surtout, à l’heure des nouveaux choix, une question devra trouver une réponse : qu’est-ce vraiment que l’ouverture politique spectaculaire organisée par le Président avant son départ en vacances ? Un signe de tolérance, certainement, en même temps qu’un piège habilement tendu à l’opposition qui est tombée dedans», souligne Laurent Joffrin.

Pour «Le Figaro», les réponses à apporter à la rentrée portent sur la TVA sociale. Le quotidien estime que «le risque de dérapage des prix complique la mise en oeuvre de la réforme envisagée par le gouvernement». Et ainsi de sa politique économique.