Déchéance de nationalité: «Discutable», mais pas «indigne», estime Cambadélis

POLEMIQUE Le sujet est ultra-brûlant au Parti socialiste, ce qui explique la prudence du premier secrétaire...

20 Minutes avec AFP

— 

Cambadélis le 6 décembre 2015 à Paris.
Cambadélis le 6 décembre 2015 à Paris. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Depuis le 23 décembre, il s’était fait très discret sur le sujet. Mais, alors qu’un bureau national doit traiter le sujet au PS ce lundi, Jean-Christophe Cambadélis n’a eu d’autre choix que de se prononcer sur le sujet. Pour lui, le projet de déchéance de nationalité est « discutable », mais « pas indigne ».

>> A lire aussi : «L’exécutif fait preuve de myopie sondagière»

« Raison garder »

« Dans la réforme constitutionnelle, il y a la constitutionnalisation de l’état d’urgence. C’est indiscutable. Il y a la déchéance de nationalité. C’est discutable (…) parce que ce n’est pas une valeur, un principe, ou une proposition qui vient de la gauche. Mais ce n’est pas indigne », a déclaré sur LCI Jean-Christophe Cambadélis, qui a appelé la gauche à « raison garder » : « Il n’y a pas d’un côté les enfants de Pétain et de l’autre les soutiens des terroristes ».