Vœux aux Français: L'opposition tacle Hollande sur le chômage

NOUVEL AN François Hollande a abordé la question du terrorisme, du chômage et de la déchéance de nationalité lors de ses vœux aux Français…  

L.Be.
— 
Capture d'écran du tweet de Jean-Luc Mélenchon après les voeux de François Hollande le 31 décembre.
Capture d'écran du tweet de Jean-Luc Mélenchon après les voeux de François Hollande le 31 décembre. — capture Twitter

Quelques minutes après l’allocution de François Hollande et les critiques pleuvent déjà, sur Twitter notamment. Alors que le président de la République a pris la parole ce jeudi soir pour présenter ses vœux aux Français, abordant aussi bien la question du chômage, de la déchéance de nationalité que la lutte contre Daesh, les réactions ne se sont pas fait attendre dans les rangs de l’opposition.

En tête, Jean-Luc Mélenchon, porte-voix du Parti de gauche :   Hollande a parlé. Double peine :  ’écouter et devoir le commenter. Résumons :  il continue ce qui ne marche pas. Le grand nombre va encore souffrir », tweete-t-il.

Même constat du côté d’Eric Coquerel sur la question du chômage. « Il y a les mots, très protecteurs et les actes. Et c’est la même politique qui échoue depuis trois ans », lance le coordinateur politique du Parti de gauche sur France info.

Chez Les Républicains, même son de cloche. « Une phrase résume très bien ces vœux :   Nous n’en avons pas terminé »… ni avec le terrorisme, ni avec le chômage », tâcle Eric Ciotti. Si le député LR Christian Estrosi note, pour sa part, « des mots justes sur le terrorisme », il juge les propos de François Hollande insuffisants « sur l’économie et l’emploi ».

 

Enfin la présidente du Front national Marine Le Pen réagit dans un communiqué. «Dans le fond, rien ne montre ce soir que le président ait pris la mesure de la situation de la France, ni ne soit déterminé à revoir en profondeur les dogmes qui font la ruine du pays. Son évocation de la patrie sonne malheureusement faux, tant sa politique a montré qu'’l reste vassalisé à des intérêts qui ne sont pas ceux des Français» .