Déchéance de nationalité: Placé favorable à son élargissement à tous les Français

POLEMIQUE «Je trouve incroyables les caricatures que nous entendons, les diatribes, les indignations haut perchées, notamment de la gauche de la gauche, sur cette affaire», a dénoncé le sénateur de l'Essonne...

20 Minutes avec AFP

— 

Jean-Vincent Placé, co-président du groupe écologiste au Sénat, le 13 septembre 2014 à La Courneuve
Jean-Vincent Placé, co-président du groupe écologiste au Sénat, le 13 septembre 2014 à La Courneuve — Kenzo Tribouillard AFP

Il va encore plus loin que l'exécutif. Le sénateur écologiste Jean-Vincent Placé, favorable à l'élargissement de la déchéance de nationalité aux binationaux nés Français proposé par le gouvernement, s'est même dit jeudi pour son application à tous les Français.

«L'idée même de déchéance de nationalité ne me choque pas, c'est un symbole fort que je soutiens», a déclaré le président de l'Union des démocrates et écologistes (UDE) au micro d'Europe 1.


Jean-Vincent Placé : l'extension de la... par Europe1fr

«Je trouve incroyables les caricatures que nous entendons, les diatribes, les indignations haut perchées, notamment de la gauche de la gauche, sur cette affaire», a dénoncé le sénateur de l'Essonne.

«Je sais la difficulté de créer des apatrides»

Commentant l'«argumentation d'amélioration d'égalité» de François Hollande, il a plaidé pour «une mesure qui soit réellement égalitaire pour l'ensemble des Français». «Je souhaite qu'on réfléchisse à étendre, y compris la déchéance de nationalité, aux Français uniquement Français, je sais la difficulté de créer des apatrides, il y a un vrai débat de convention internationale», a-t-il expliqué.

«L'égalité est importante par rapport à la déchéance de nationalité ou à défaut, l'idée qui monte aujourd'hui, qui pourrait être une sortie par le haut, est la question de l'indignité nationale, qui a une belle référence historique, pour tous», a ajouté le sénateur, qui s'est par ailleurs prononcé contre un referendum pour l'adoption du texte.

Déchéance de nationalité: Près de 9 Français sur 10 y seraient favorables

Le projet de réforme constitutionnelle adopté par le Conseil des ministres le 23 décembre, qui prévoit l'inscription de l'état d'urgence et l'élargissement de la déchéance de nationalité aux binationaux nés Français et condamnés pour terrorisme, sera examiné à l'Assemblée à partir du 3 février.