Régionales 2015: Le mode d'emploi du scrutin en 4 questions

ELECTIONS Les dimanches 6 et 13 décembre, les Français doivent élire 1.757 conseillers régionaux. Voici ce qui va se passer...

T.L.G.

— 

Illustration d'un vote pour un scrutin, une élection.
Illustration d'un vote pour un scrutin, une élection. — POL EMILE/SIPA

Les Français sont appelés aux urnes les 6 et 13 décembre. C’est la première fois que les élections régionales se dérouleront dans les 13 nouvelles régions métropolitaines. 1 757 sièges sont à pourvoir. 20 Minutes vous dit tout sur le fonctionnement du scrutin.

>> A lire aussi : Notre journal des régionales

Qui peut voter ?

Les 13 nouvelles régions métropolitaines sont concernées par le vote, ainsi que la Guadeloupe et la Réunion. Les assemblées territoriales de Guyane et de Martinique sont élues les mêmes jours. Le scrutin est ouvert aux Français âgés de 18 ans et plus, inscrits sur les listes électorales.

>> A lire aussi : Comment voter par procuration ?

Pour qui vote-t-on ?

Les Français doivent élire 1 757 conseillers régionaux. S’ajoutent à ce chiffre les 51 conseillers de l’Assemblée territoriale de Corse, les 51 de l’Assemblée de Martinique (région et département à la fois), et les 51 de l’Assemblée de Guyane. Les listes sont régionales, mais composées par sections départementales. Un candidat tête de liste est désigné pour représenter la région dans son ensemble. La loi du 11 avril 2003 impose la stricte parité : les listes sont composées alternativement d’un candidat de chaque sexe.

INFOGRAPHIE. Les candidats, région par région

Comment se déroule le scrutin ?

Les élections régionales ont lieu au scrutin proportionnel à deux tours avec prime majoritaire : la liste qui recueille le plus grand nombre de voix obtient une prime de 25 % des sièges à pourvoir (afin de dégager une majorité stable).

  • Si une liste obtient plus de 50 % des voix au premier tour, le scrutin est clos. La liste en tête reçoit le plus grand nombre de sièges et la prime de 25 %. Les autres sièges sont répartis entre toutes les listes ayant recueilli plus de 5 % des suffrages exprimés.
  • Si aucune liste n’obtient la majorité absolue au premier tour, un second tour a lieu. Seules les listes ayant obtenu au moins 10 % peuvent se maintenir. Celles qui ont obtenu 5 % des voix peuvent fusionner avec des listes au-dessus des 10 %. La liste en tête au second tour obtient le bonus des 25 %. Les sièges restants sont répartis à la proportionnelle.

Le score d’une liste détermine son nombre d’élus au conseil régional, mais les scores des départements décideront de la répartition départementale des sièges.

>> Notre dossier sur les élections régionales

Où siégeront les conseillers régionaux ?

Les élus siègent au conseil régional, dans le chef-lieu de région. Mais pour les régions fusionnées, un nouveau chef-lieu doit encore être désigné. Il le sera à titre provisoire avant le 31 décembre. Puis définitivement, après avis des conseils régionaux et avant le 1er juillet 2016.

>> A lire aussi : A quoi servent les régions ?

Régionales 2015 - I. de Véricourt-S. Ramis/P. Defo, pld/abm/sc/AFP