Bernard Cazeneuve à Marine Le Pen: «On ne combat pas le terrorisme avec des mensonges»

ATTENTATS Le ministre de l'Intérieur a dénoncé samedi la «stratégie du bobard assumé» par Marine Le Pen...

20 Minutes avec AFP

— 

Bernard Cazeneuve à son arrivée au ministère de l'Intérieur le 15 novembre 2015 à Paris
Bernard Cazeneuve à son arrivée au ministère de l'Intérieur le 15 novembre 2015 à Paris — DOMINIQUE FAGET AFP

Bernard Cazeneuve répond sans détour à Marine Le Pen. Le ministre de l'Intérieur a dénoncé samedi la «stratégie du bobard assumé» par la présidente du Front national quand elle accuse le gouvernement d'inaction en matière de lutte antiterroriste. Interrogé sur les accusations lancées vendredi soir lors d'un meeting à Nice par Marine le Pen, Bernard Cazeneuve lui a répondu: «On ne combat pas le terrorisme avec des mensonges».

>> A lire aussi: A quoi sert la fiche S, dispositif qui visait l'un des kamikazes?

«J'ai présenté depuis le début de l'année, avant même que les attentats de janvier n'aient lieu, et depuis les attentats de janvier, près de 34 dossiers d'expulsions de prêcheurs de haine qui pour une grande partie d'entre eux ont été mis en oeuvre», et deux mosquées ont été fermées, a-t-il souligné.

«Près de 80» interdictions d'entrer sur le territoire d'étrangers»

De même, cinq déchéances de la nationalité ont été prononcées et confirmées par le conseil d'Etat, et «près de 80» interdictions d'entrer sur le territoire d'étrangers issus du «théâtre des opérations terroristes en Irak et en Syrie» ont été prononcées. «J'ai bloqué 87 sites appelant à la haine et au terrorisme: ce n'est pas grâce à Mme Le Pen qu'on l'a fait puisque ses députés se sont opposés à cette mesure», a-t-il par ailleurs souligné.

«Mme Le Pen s'est opposée à toutes les mesures qui ont été proposées par l'Union européenne et par le gouvernement français pour lutter contre le terrorisme, parce qu'il y a une seule chose qui intéresse Mme Le Pen et son parti, par delà la multiplication chaque jour des approximations et des mensonges: c'est le trouble, la division, les difficultés, parce que c'est sur le terreau des difficultés que le Front National prospère», a-t-il commenté.

Il a également cité l'opposition du FN à la loi sur le renseignement ou, au Parlement européen, à l'adoption du registre des données de passagers aériens (PNR) «alors que la traçabilité du retour des terroristes implique que ce dispositif soit adopté».

«Combien d'étrangers fichés S ont été reconduits à la frontière ? Zéro»

Pour lutter contre le terrorisme «dans le respect des lois de la République, je ne peux pas compter sur le FN qui n'a voté aucune loi que nous avons proposée, qui convoque le mensonge comme je viens d'en faire la démonstration en trompant les Français», a conclu le ministre. Vendredi soir à Nice, la dirigeante d'extrême droite avait accusé le gouvernement de n'avoir, depuis le 13 novembre, fermé qu'une mosquée salafiste, expulsé «zéro» imam prêchant la haine et de n'avoir lancé aucune procédure de déchéance de nationalité.

«Combien d'étrangers fichés S ont été reconduits à la frontière ? Zéro. Combien d'associations douteuses ont été dissoutes ? aucune», avait encore accusé Mme Le Pen. «La réponse est toujours la même, rien n'a été fait hier, rien ne se fait aujourd'hui, ou si peu», avait martelé l'eurodéputée.