Bourde sur le CDD: «Je ne suis pas une ministre hors sol», clame Myriam El Khomri

BUZZ «J’ai eu des CDD et des CDI dans le public et dans le privé» avant d'être élue, a soutenu ce dimanche la ministre du Travail...

D.B. avec AFP

— 

Myriam El Khomri, Ministre du travail dans son bureau. Paris. 04/11/2015
Myriam El Khomri, Ministre du travail dans son bureau. Paris. 04/11/2015 — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Trois jours après sa bourde, Myriam El Khomri doit toujours faire son mea culpa. Jeudi sur BFMTV, la ministre du Travail avait répondu de façon incorrecte à une question sur le renouvellement des CCD. S’en était suivi pour elle un procès en illégimité sur les réseaux sociaux. D’autant que sa nomination avait déjà fait des vagues.

Devant le buzz provoqué par ses propos, elle est encore revenu dessus ce dimanche lors du grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. « Jeudi, ma réponse était inexacte », a reconnu la ministre. Mais, « je ne suis pas une ministre hors sol, j’ai eu une vie professionnelle avant d’être élue en 2008. J’ai eu des CDD et des CDI dans le public et dans le privé », a-t-elle dit.

Myriam El Khomri a indiqué avoir « travaillé pendant quatre ou cinq ans en tant qu’étudiante salariée en entreprise » et avoir étudié le « droit du travail ». « Je ne suis absolument pas hors de la vie réelle », a-t-elle lancé.

« Ma légitimité est ailleurs », a ajouté la ministre, affirmant avoir une « vision politique » pour améliorer l’emploi.

>> A lire aussi : La nomination de Myriam El Khomri au ministère du Travail est-elle une bonne ou une mauvaise « surprise » ?

Soutenue par le gouvernement

Elle a souligné qu’en tant que secrétaire d’Etat à la Ville, avant d’être nommée au Travail, elle avait « été dans les quartiers les plus touchés par le chômage ». « J’ai parlé du développement économique et de l’emploi à chacune de mes rencontres, et aussi de la création d’entreprises dans ces quartiers. Voilà quelle est ma légitimité », a-t-elle lancé.

La ministre a estimé que son erreur « met en lumière la complexité » du Code du travail et a rappelé que le gouvernement a lancé le chantier de sa simplification. Myriam El Khomri a affirmé qu’après ce couac, elle avait « reçu le soutien de l’ensemble des membres du gouvernement » ainsi que du président François Hollande.

« De nombreux partenaires sociaux m’ont adressé des messages de soutien », a-t-elle ajouté.

Ses origines en question selon elle

Interrogée sur certains commentaires à droite concernant ses origines, la ministre a affirmé : « On a un problème dans notre pays, c’est que le nom ou la couleur de peau restent des marqueurs extrêmement importants. »

« J’en ai marre de venir sur des plateaux pour justifier que je suis française », a lancé la ministre, dont le père est d’origine marocaine.