Christian Estrosi souhaite «un seul ministère de l'Intérieur et de la Justice»

POLITIQUE Nicolas Sarkozy doit prononcer un discours sur ce thème à la mi-journée...

T.L.G. avec AFP

— 

Christian Estrosi, le député-maire de Nice, lors du lancement de sa campagne pour les régionales en Paca, à Nice, le 4 septembre 2015.
Christian Estrosi, le député-maire de Nice, lors du lancement de sa campagne pour les régionales en Paca, à Nice, le 4 septembre 2015. — SIPA

Christian Estrosi souhaite fusionner le ministère de l'Intérieur et celui de la Justice, a-t-il indiqué mardi sur Sud Radio et Public Sénat. Le maire de Nice était interrogé dans l'émission «Territoires d'infos» sur la proposition des Républicains de créer un grand ministère de la Sécurité intérieure regroupant police, gendarmerie, administration pénitentiaire et douanes. «Je préconise peut-être d'aller plus loin et de faire un seul ministère de l'Intérieur et de la Justice», a-t-il déclaré.

«Le bricolage et le jardinage » de Taubira

A l'issue d'une matinée de travail des Les Républicains sur la sécurité, Nicolas Sarkozy doit prononcer un discours sur ce thème à la mi-journée. «Non seulement, j'ai toujours été plutôt favorable à cela, y compris à la gestion totale du volet de l'immigration, que je souhaiterais voir rajoutée à cela», a déclaré Christian Estrosi.

Estimant que «les chiffres (de la délinquance) explosent», il s'est ensuite livré une attaque en règle contre la garde des Sceaux, Christiane Taubira, à qui il a reproché la «suppressions des peines planchers, des lois contre les bandes organisées, du programme pénitentiaire», ainsi que la mise en place «de peines de probations en lieu et place de peines de prison allant jusqu'à 5 ans de condamnation».

«Aujourd'hui, Mme Taubira vous propose de faire du bricolage, de faire du jardinage, de regarder la télévision avec un beau bracelet électronique, je comprends que les policiers soient désespérés». Il ajoute. «Qu'à un moment, il y ait une coordination de la politique pénale dans toute sa chaîne de la part d'un gouvernement me paraitrait aller dans le bon sens», a-t-il conclu.

Les Républicains divisés sur cette proposition

Son collègue Les Républicains Xavier Bertrand avait formulé une proposition identique le 14 octobre, alors que les policiers manifestaient dans les rues de Paris. «Je propose que nous mettions en place en France un ministère de l'Autorité de l'Etat, qui regrouperait à la fois les ministères de l'Intérieur et de la Justice. Comme cela se fait aux Pays-Bas», avait-il dit, assurant qu'«on garderait bien évidemment l'indépendance des magistrats».

A l'inverse, leur collègue député de l'Yonne, Guillaume Larrivé, se prononce mardi dans le Figaro contre une telle démarche, estimant que si «l'autorité judiciaire et les forces de l'ordre poursuivent un même objectif de protection de la société», elles «relèvent de logiques juridiques et organiques distinctes».