VIDEO. #DirectPolitique: Hervé Morin (UDI) estime que l'on «protège l’emploi mais précarise les salariés»

POLITIQUE Le député centriste Hervé Morin, candidat aux régionales en Normandie, était l'invité de l'émission #DirectPolitique, de «20 Minutes», Linternaute.com et «Ouest-France»...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Le député (UDI) de l'Eure Hervé Morin, le 10 juillet 2014 à Paris.
Le député (UDI) de l'Eure Hervé Morin, le 10 juillet 2014 à Paris. — Eric DESSONS /JDD/SIPA

Le député centriste Hervé Morin était l’invité de l’émission #DirectPolitique de 20 Minutes, Linternaute.com et Ouest-France ce mardi. L’ancien ministre de la Défense est également tête de liste Les Républicains-UDI aux élections régionales en Normandie. L’occasion de revenir sur ses positions et propositions sur plusieurs sujets.

La réforme du code du Travail

Des pistes de réforme du code du travail vont être présentées mercredi par la ministre du Travail Myriam El Khomri. Pour le député de l’Eure, les annonces du gouvernement ne vont pas « révolutionner » la situation du marché français. « Vous vous rendez compte qu’on nous avait annoncé en 2013 l’accord qui allait révolutionner, dans ce domaine, le droit du travail (…) Tout ça pour ne rien bouger au fond sur les vrais sujets fondamentaux : la durée du travail, les formes de contrat. Par exemple, comment donne-t-on plus de souplesse aux entreprises pour embaucher plus facilement, plus rapidement ? ». Défendant la proposition d’un contrat unique, le centriste estime que l’« on a protégé l’emploi mais on a précarisé les salariés ».

Les élections régionales

Tête de liste Les Républicains-UDI aux élections régionales en Normandie, le candidat souhaite « construire un programme pour créer de l’emploi » en Normandie. Pour lui, « le sujet c’est remettre le pays sur les rails, montrer aux Français que la reconquête passe par l’économie du pays ». Cet échelon régional serait par ailleurs un levier efficace pour sortir le pays de la crise. « Au moment où il y a tant de doute sur les politiques, nous devons démontrer par les régions que nous pouvons redonner de l’optimisme au pays », a-t-il ainsi estimé.

La primaire de la droite et du centre en 2016

« Tendu vers un seul objectif, les [élections régionales des] 6 et 13 décembre », Hervé Morin n’en oublie pas la primaire de la droite et du centre en novembre 2016. Cette élection interne décidera du nom du candidat de la droite à la présidentielle 2017.

« Discuter des modalités de la primaire, on doit le faire maintenant pour savoir si on participe ou non » à cette élection, estime le centriste, qui ajoute : « Est-ce qu’on a un candidat capable de faire un bon score ou pas [à cette primaire] ? Je ne le crois pas. »

Rama Yade, exclue du Parti radical

« L’UDI est une maison dans laquelle il y a déjà plusieurs formations politiques, c’est une fédération de parti, ça ne pose aucun problème que Rama Yade reste à l’UDI », a précisé Hervé Morin.

Sur le conflit en Syrie

Estimant qu’« une réponse ne peut se construire sans l’Iran, dès lors que la question nucléaire est réglée », l’ancien ministre de la Défense a ajouté que le président syrien contesté « Bachar Al-Assad n’a pas vocation à rester. Il faut accepter l’idée que l’on puisse avoir un dialogue politique le plus large possible, avec comme élément final que Bachar Al-Assad ne sera plus au pouvoir ». Hervé Morin propose enfin de « créer des zones sécurisées gérées par des casques bleus de l’ONU ».

« Je suis opposé à l’idée de forces terrestres [françaises] intervenant massivement sur le territoire pour faire la guerre, car c’est l’enlisement », a-t-il précisé, avant d’ajouter : « Je veux que des Syriens se disent qu’ils peuvent à nouveau vivre dans leur pays »