«Des paroles et des actes»: Marine Le Pen refuse le débat proposé par France 2

MEDIAS La candidate du Front national n’est pas emballée par l’idée de se confronter à deux de ses adversaires aux régionales…

A.Ch.
— 
Marine Le Pen dans «Des paroles et des actes», sur France 2, le 23 février 2012.
Marine Le Pen dans «Des paroles et des actes», sur France 2, le 23 février 2012. — CHAMUSSY/SIPA

Le compromis trouvé par France 2 pour calmer la polémique autour de l’émission Des paroles et des actes consacrée à Marine Le Pen ne convainc pas la principale intéressée. Accusée de donner un temps de parole excessif à la candidate du Front national aux élections régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, la chaîne a décidé mercredi soir, à la veille de l’émission, d’inviter également Xavier Bertrand et Pierre de Saintignon, candidats Les Républicains et PS dans la même région, pour débattre avec Marine Le Pen.

« Craignent-ils, en réalité d’être accusés de ma victoire ? »

Celle-ci a fait savoir ce jeudi matin au Figaro qu’elle n’avait pas l’intention d’accepter ce débat. « Cette dernière décision a été prise en violation de la correction et de l’éducation la plus élémentaire », a-t-elle réagi. « Pourquoi paniquent-ils ? Craignent-ils, en réalité d’être accusés de ma victoire ? Ils ne peuvent pas craindre le CSA puisqu’il a confirmé dans un communiqué qu’il n’y avait pas de déficit de temps de parole dans cette émission et que nous avons moins de 6 % du temps général d’antenne politique. Je suis encore sympa de ne pas les planter ! », a déclaré Marine Le Pen.

Expliquant qu’elle a appris la décision de France 2 par un SMS envoyé à 23h40 à son conseiller presse ce mercredi soir, elle regrette de ne pas avoir été consultée par France 2 auparavant. Marine Le Pen dit également avoir rappelé à la chaîne qu’elle était réservée sur le format de l’émission, qu’elle juge « trop long » et « ennuyeux ». Elle aurait également dit à ses interlocuteurs de France Télévisions qu’elle était « effondrée par leur servilité à l’égard de l’UMP et du PS ».