VIDEO. «Des Paroles et des Actes»: Comment France 2 en est arrivée à devoir annuler l'émission

TELEVISION L'émission était censée se tenir ce jeudi soir sur France 2…

Coline Clavaud-Mégevand
— 
Marine Le Pen dans «Des paroles et des actes», sur France 2, le 23 février 2012.
Marine Le Pen dans «Des paroles et des actes», sur France 2, le 23 février 2012. — CHAMUSSY/SIPA

L'émission qui a tant fait jaser se retrouve réduite au silence le plus total... Après le désistement de dernière minute de Marine Le Pen, France 2 a décidé de déprogrammer Des Paroles et des Actes, qui devait être diffusée en direct ce jeudi soir. 20 Minutes revient sur ce feuilleton en six actes.

 

 

Acte 1 : L’invitation qui fâche

Le 15 octobre Xavier Bertrand, candidat aux régionales en Nord-Pas de Calais-Picardie (face entre autres à Marine Le Pen), s’inquiète dans une lettre adressée à France 2 d’un manque d'« équité » de la chaîne publique, estimant que recevoir Marine Le Pen si près des élections régionales est avantageux pour la candidate frontiste, une de ses concurrentes aux régionales. « Le service public est garant d’une exposition équilibrée des candidats. Pourtant, cette émission se tiendra deux jours seulement avant que ne débute le délai de six semaines qui vous impose un traitement équitable des candidats », s’agace-t-il. Une prise de position qui fait des émules dans la classe politique, obligeant David Pujadas, le présentateur de l’émission, à se justifier dans une lettre ouverte, expliquant que sur 35 émissions, la présidente du FN est venue 4 fois seulement.

Acte 2 : Gauche et droite sur la même ligne, le CSA s’en mêle

Mercredi, le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a dénoncé à son tour « une distorsion dans l’équité médiatique ». Il adresse une lettre à Nicolas Sarkozy pour lui proposer de saisir le CSA, dénonçant « plus de deux heures de publicité pour Madame Le Pen » et évoquant « la promotion morbide de l’extrême droite dans le pays ».

En fin d’après-midi, l’entourage de Nicolas Sarkozy indique que le président des Républicains a répondu favorablement à la proposition de Jean-Christophe Cambadélis, précisant que les deux hommes « partagent la même analyse concernant cette affaire » et qu’on se trouve « face à c’est une violation manifeste de la règle républicaine de l’équité du temps de parole ». Le CSA est de nouveau pris à partie. Jusque-là, l’organisme n’avait réagi que sous la forme d’un communiqué demandant qu’une « expression contradictoire (soit) rapidement offerte aux concurrents » de Marine Le Pen. A l’Assemblée, un député interpelle même Manuel Valls, lui demandant si France Télévisions faisait la campagne de Marine Le Pen.

Acte 3 : La proposition de France 2

Sous le feu des critiques, France 2 finit par changer son fusil d’épaule dans la nuit du mercredi 21 au jeudi 22 octobre : Xavier Bertrand et Pierre de Saintignon, les deux principaux concurrents aux régionales de Marine Le Pen dans le Nord-Pas-de-Calais/Picardie, sont conviés en deuxième partie d’émission pour un débat à égalité de parole face à Marine Le Pen. Après avoir réservé sa réponse toute cette matinée, Pierre de Saintignon, annonce finalement sa participation « pour défendre (son) projet pour les habitants » du Nord-Pas-de-Calais/Picardie. Xavier Bertrand répondra lui « en duplex depuis La Chapelle d’Armentières où il tient une réunion publique ». Tout le monde semble content. Ou presque.

.@pdesaintignon et @xavierbertrand acceptent de débattre face à @MLP_officiel #DPDA : https ://t.co/JYSoTI7aWV pic.twitter.com/IMSlrnheg7
— DPDA (@DPDA) October 22, 2015

Acte 4 : Marine Le Pen refuse le débat

Quid de la principale intéressée ? Marine Le Pen dénonce une situation ubuesque et multiplie les déclarations d’indignation, estimant excessif qu’on lui rajoute ce nouvel exercice de confrontation dans une émission déjà dense – elle dit refuser ce débat supplémentaire.

.@France2tv persiste à m’imposer 6 débats de suite dont le dernier régional de 40 min ! Ils me prennent pour leur chien ? #DPDA MLP
— Marine Le Pen (@MLP_officiel) October 22, 2015
J’ai alors proposé à @France2tv de remplacer @SLeFoll et @jclagarde par mes adversaires régionaux. Ils refusent… #TweetPrécédent MLP
— Marine Le Pen (@MLP_officiel) October 22, 2015

Auprès du Figaro, la leader frontiste s’interroge aussi sur l’agitation provoquée : « Pourquoi paniquent-ils ? Craignent-ils, en réalité d’être accusés de ma victoire ? ». Et de montrer les muscles : « Je suis encore sympa de ne pas les planter ».

Acte 5 : « Des paroles et des actes » réagit, Marine Le Pen annule tout

A quelques heures de l’émission, France 2 tente de clore le débat en rappelant qu’elle est « la seule émission politique » à une heure de grande écoute et en rappelant son « attachement à être un lieu de débat démocratique ».

.@Francetele rappelle son attachement à être un lieu de débat démocratique #DPDA https ://t.co/M7B6V3KBYO pic.twitter.com/gBPtEgHjLy
— France Télévisions (@Francetele) October 22, 2015

 

C’était sans compter une dernière saillie de Marine Le Pen, et non des moindres : dans un communiqué de presse publié en fin d’après-midi, la présidente frontiste annonce sa décision de ne pas se présenter à l’émission. « Avec une arrogance inouïe, M. Pujadas a cru pouvoir, pour la deuxième fois, me mettre devant le fait accompli. […] L’amateurisme et la servilité de M. Pujadas ont transformé aujourd’hui l’organisation de cette émission en véritable pantalonnade», tacle-t-elle. Et de conclure : « Se faire respecter est le début de la reconquête démocratique par le peuple français ».

Acte 6 : France 2 finit par tout annuler

Privée de son invitée vedette, la chaîne annonce, à moins de deux heures du lancement du programme, l'annulation de l'émission. «En annulant sa participation à Des Paroles et des Actes, Marine le Pen a montré son vrai visage. Elle a peur du débat démocratique», a réagi dans un communiqué Pierre de Saintignon.